8 sept. 2009

À COUP DE MOTS, NOUS INTERPRÉTONS LE MONDE

Impossible de prévoir ce qui est imprévisible !

J'ai toujours aimé jouer sur les mots. Et surtout les prendre pour ce qu'ils veulent dire au premier sens. Ainsi l'expression « prendre les mots au pied de la lettre » m'a toujours amusé, car elle se contredit elle-même : je n'ai en effet jamais vu une lettre avoir un pied. Et vous ? Car si les lettres avaient des pieds, elles pourraient s'échapper des mots qui pourraient se retrouver sans lettres. Quel désordre ! Ces mots avec lesquels je joue, ce sont aussi ceux avec lesquels vous et moi pensons. Donc être exigeant quant à leur sens et à leur exactitude est-ce une perte de temps ?
En effet car les mots avec la mémoire sont les constituants indispensables à toute interprétation mentale.

Sans mémoire, nous serions comme ces nouveau-nés qui ne peuvent comprendre le monde qui les entoure. C'est notre mémoire qui sert de support à notre expérience. C'est grâce à elle que nous pouvons lire ce qui se passe au présent, et construire des scénarios d'action pour le futur. Elle est la brique de base de notre pensée. Une brique bancale comme nous venons de le voir, mais une brique nécessaire. Moins elle sera bancale, mieux ce sera. De toute façon, on fera avec…

Sans les mots, sans le langage, comme pourrions-nous intégrer toutes les informations circulant dans nos neurones ? Que faire des informations diffusées en continu par nos cinq sens, tout ce que nous entendons, voyons, touchons, sentons, goutons la vie ? Comment les rapprocher de ce que nous avons déjà vécu, de ce que l'on nous a raconté, de ce que l'on se souvient ? Comment manipuler des concepts sans ce support ? Comment sans concepts, intégrer tout cela, le confronter à notre mémoire et construire des scénarios pour le futur.

Nos interprétations vont donc être un mélange du passé recomposé, du présent tel que perçu et du futur tel qu'imaginé. Elles vont donc reposer sur des approximations multiples qui viennent s'entremêler pour fournir in fine une décision. De plus ces approximations sont intimement liées à chaque individu car elles reposent d'abord sur l'histoire personnelle, tant dans sa partie réellement vécu que dans tout l'imaginaire associée, puis sur les déformations de la mémoire et de l'analyse de la situation présente. Sans parler bien sûr, de la perception que chacun peut avoir du futur.
Comment donc imaginer que l'on va pouvoir modéliser et prévoir des interprétations individuelles ?

Aucun commentaire:

 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]