12 oct. 2009

IL FAUT AUSSI RÉMUNÉRER LE CALCUL MENTAL

Ayons l'intelligence de ne pas limiter l'expérimentation aux seuls lycées professionnels

Une expérimentation est en cours dans plusieurs lycées professionnelles de la Région Parisienne. Elle consiste à rémunérer les classes dont les élèves seront assidus en cours.

Les media se sont fait largement l'écho de cette initiative. Les discussions ont largement porté sur la pertinence ou non de faire rentrer nos enfants si tôt dans la société marchande et de les payer pour ce que d'autres considèrent comme une chance, l'éducation.

Je ne vais pas personnellement entrer dans ce débat, mais simplement signaler que les promoteurs de cette idée devraient étendre celle-ci dans plusieurs directions, de façon à en tester vraiment la pertinence.

D'abord en direction des maternelles. Je propose que l'on teste une idée émise en son temps par Sylvie Joly. Dans ses débuts, elle avait un sketch où elle incarnait une directrice de maternelle. Par tous les moyens, elle cherchait à préparer les enfants aux aléas de la vie qui les attendait. Notamment, tous les jours, les parcours pour atteindre leur déjeuner et leur goûter changeaient et étaient semés d'embûches. Ainsi, disait-elle, les enfants apprenaient que plus tard, tout serait difficile, et qu'ils allaient devoir peiner pour gagner leur vie.
Comme souvent les humoristes savent mettre le doigt sur de vraies idées. Celle-ci permettrait de former dès le début nos enfants à lutter contre la routine et de la facilité.


Ensuite, nous avons dans les écoles une déficience dans les mathématiques et le calcul mental. Un des problèmes est le côté théorique et désincarné des calculs demandés. Ce ne sont que des stylos ou des crayons qu'il faut regrouper et compter, des baignoires qui fuient ou autres objets ésotériques. Pourquoi ne pas prendre des exemples venant de la vie quotidienne et de, là aussi, rémunérer les élèves en fonction de leur performance.
Comme les mécanismes de notre société reposent largement sur la rémunération des intermédiaires (on retrouve ce principe aussi bien dans le commerce légal qu'illégal, dans la finance et l'immobilier, dans tous les trafics locaux comme internationaux), on pourrait par exemple dire que tout élève touchera x% de la somme de tous les calculs exacts qu'il aura effectué.
On fera ainsi deux pierres d'un coup :
- Il sera incité à calculer juste, et donc à apprendre ses tables de multiplication et de division. 
- Il comprendra par lui-même un des mécanismes-clés de notre société.
Notons que l'on pourrait organiser un débat à l'Assemblée Nationale sur le bon taux de commission à accorder aux élèves. Ce serait un débat riche et passionnant en perspective.

Voilà donc deux idées simples et faciles à tester. Elles permettraient de donner une vraie ampleur à l'expérimentation. Elles sont évidemment encore à compléter, et je suis tout à fait conscient de leur côté encore trop partiel.




Aucun commentaire:

 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]