26 mars 2010

NOUS SOMMES TROP DÉPENDANTS POUR NE PAS NOUS FAIRE CONFIANCE

______ Éditorial du vendredi ________________________________________________________________

Rappel du patchwork de la semaine :

- Lundi : Dans « La Barbarie », Michel Henry met l'accent sur les dangers de la propagation d'un discours scientifique hégémonique et simplificateur. A force de vouloir mettre en équation ce qui n'est pas mathématisable, ne courons-nous pas effectivement le risque de nous écarter de la vie et du sens ? 
- Mardi : Pékin et Los Angeles ont historiquement peu de choses en commun. Mais au-delà de tout ce qui les sépare, ne sont-elles pas l'une comme l'autre une expression vivante de ce monde construit ou reconstruit qui structurent nos vies à coup d'autoroutes, de centres commerciaux et de cités climatisées ?
- Mercredi : Quand une famille tue l'autre enterre. Clin d'œil amusé et télescopage entre deux familles flippées et flippantes, ou quand les Fisher et les Sopranos nous montrent que vivre au quotidien, « c'est pas gagné » !
- Jeudi : Nous voilà tous doublement connectés, par notre nombre et par nos « objets-monde ». Dans ce Neuromonde qui est devenu le nôtre, nous sommes forts de la toile de nos interdépendances, et nous vibrons du mouvement des autres. Il est illusoire de vouloir y échapper.

J'insistais la semaine dernière dans mon éditorial du vendredi sur le déficit de confiance qui nous habitait en France. 
Plus le Neuromonde se développe, plus les interdépendances s'accroissent, plus le flou se propage, et plus ce déficit devient critique. Tant que celui qui je ne connais pas est loin de moi, tant que je n'en suis pas dépendant, je peux ne pas lui faire confiance : nous sommes décorrélés, autonomes, et donc je peux l'ignorer. 
Mais quand il devient mon proche – physiquement comme virtuellement –, quand il est indispensable à la production des biens et des services que j'utilise, quand tous ensemble, nous sommes coresponsables de l'avenir de notre planète, comment ne pas comprendre que l'absence de confiance conduira au conflit ?
Et ne nous trompons pas, la solution ne viendra pas d'une géniale solution scientifique : les mathématiques ne sont que de peu d'aide quand il s'agit de penser à la vie. Bien au contraire, par une mathématisation abusive des sciences humaines et la création d'une hydre économico-financière, nous fuyons les vraies questions qui sont celles du vivre ensemble.

Et si l'on redonnait la parole un peu plus à la philosophie ?


1 commentaire:

Le Blog de Paule Orsoni a dit…

Que la parole soit davantage donnée à la Philosophie:j'en suis d'accord.
Nous savons bien que sans un retour aux choses "sérieuses" nous courons à la catastrophe.

Merci de votre approche de l'entreprise...

 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]