24 août 2010

VINGT-DEUX OU VINGT-QUATRE OISEAUX ?

Tous les termes du combat du futur avaient été définis. Il allait déterminer quelles étaient les meilleures prévisions : celles venant du Seigneur ou celles venant des Mathématiques.

La nuit de pleine lune allait bientôt commencer quand un tremblement saisit les fidèles du LSD. Une silhouette noire venait d'apparaître à la limite Nord de la clairière. L'Élu arrivait. Toujours aussi fidèle à son image, il avançait lentement, le regard fixe, comme perdu à l'intérieur de lui-même. Dernière nouveauté et ultime coquetterie, un faucon noir était juché sur son épaule droite. Au bout de quelques pas, il s'arrêta, toucha du doigt l'oiseau qui s'envola alors mystérieusement en poussant des cris perçants, non sans avoir préalablement décrit plusieurs cercles autour de l'Élu. Quelques instants plus tard, il était au milieu des siens et commençait ses mystérieux préparatifs.

Tout le monde était tellement absorbé par l'entrée spectaculaire de l'Élu, que personne ne fit attention à celle de Paulo. Il faut dire que celle-ci fut l'inverse : pas de spectacle, pas de tenue particulière, rien qu'une banale tunique de peau de mammouth sobre. Derrière Paulo, suivait Mathieu, ployant sous une pile de tablettes de pierres.
Au bout de quelques minutes, comme l'obscurité se répandait dans la clairière, Christina se leva et rejoignit le centre de la clairière. Elle tapa dans ses mains et déclara : « Je déclare ouvert le combat du futur ». Compte-tenu de sa relative neutralité due à la distance, c'est elle qui avait été choisie comme maîtresse de cérémonie. Elle poursuivit en rappelant les règles et termina par un classique : « Que le meilleur gagne ».
En moi-même, je ne pus m'empêcher de penser : « Celui qui va gagner le sait déjà, puisque c'est celui qui sait prévoir ! ».

Commença alors la première épreuve : prévoir, durant le temps qu'un morceau de bois d'une longueur d'un bras brûle, combien d'oiseaux passeraient dans le ciel de la clairière.

Paulo et l'Élu s'avancèrent l'un vers l'autre, se saluèrent et repartirent, chacun vers le côté de la clairière occupé par ses partisans. Ils avaient dix minutes (1) exactement pour donner leur prévision.
L'Élu commença à entreprendre moult sacrifices (2) et se livra à des danses qui, si l'on n'en comprenait pas le sens, eurent l'intérêt de faire passer le temps. En effet, la démarche suivie par Paulo était visuellement moins intéressante pour les spectateurs, puisqu'il ne s'agissait que de faire des encoches sur des pierres.
Au bout des dix minutes (ou plutôt un tas de sable moyen), Christina alla vers Paulo, puis l'Élu pour recueillir leurs prévisions. Elle se tourna alors vers la foule :
« Pour Paulo au nom de l'Académie des mathématiques, vingt-deux oiseaux passeront dans la clairière. Pour l'Élu au nom du Seigneur et du LSD, vingt-quatre. »
Je ne pus m'empêcher d'être frappé par la proximité des prévisions : c'étaient des approches plus précises que je ne le pensais.
« Que le jury se tienne prêt et que l'on allume le bout de bois. Le comptage va commencer. »

(à suivre)

(1) Je parle en minutes par simplification, et simplifier la compréhension des lecteurs. En fait, je devrais dire : « Ils avaient un tas de sable moyen exactement pour… ». En effet, le temps était alors mesuré par des écoulements de sable. Une des inventions récentes de Johnny avait été de normaliser la taille des récipients utilisés, permettant ainsi un début de normalisation du déroulement du temps. Il y avait trois tailles de récipients : petit, moyen et grand. Grosso modo, le petit correspondait à une minute de notre temps, le moyen à dix et le grand à soixante. Personne n'a jamais su expliquer pourquoi, dès cette époque, on avait introduit le notion de soixante minutes comme élément de base. Certains pensent que c'est parce que cela correspondait à une taille de récipient facile à fabriquer et que nous avons ainsi hérité de cette unité, d'où nos heures de soixante minutes. Tout lecteur disposant d'information sur ce sujet peut évidemment me les faire parvenir. Le progrès scientifique est aussi une affaire d'effort collectif.
(2) Selon des sources fiables, il aurait sacrifié deux serpents, un poulet, trois scarabées, puis trois tortues après les avoir fait tourner préalablement sur le dos.

Aucun commentaire:

 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]