16 sept. 2010

« UNE CROYANCE QUI CORRESPOND À CE POINT À NOS DÉSIRS, IL Y A LIEU DE CRAINDRE QU’ELLE N’AIT ÉTÉ INVENTÉE POUR LES SATISFAIRE »

Quand André Comte-Sponville s'interroge sur les raisons de croire ou pas en Dieu…

Nouveau patchwork tiré d'une de mes lectures récentes, « L'Esprit de l'athéisme » d'André Comte-Sponville.

Peut-on se passer de la religion ?
« L'existence de Dieu est douteuse, celle des religions ne l'est pas. (…) Il ne s'agit pas de savoir si les religions existent, mais ce qu'elles sont, et si on peut s'en passer. »
« Ce qui relie les croyants entre eux, du point de vue d'un observateur extérieur, ce n'est pas Dieu, dont l'existence est douteuse, c'est qu'ils communient dans la même foi. (…) Une société peut assurément se passer de dieu(x), et peut-être de religion ; aucune ne peut se passer durablement de communion. »
« Que ces valeurs soient nées, historiquement dans les grandes religions, nul ne l'ignore. Qu'elles aient été transmises, pendant des siècles, par la religion, nous ne sommes pas près de l'oublier. Mais cela ne prouve pas que ces valeurs aient besoin d'un Dieu pour subsister. (…) La foi porte sur un ou plusieurs dieux ; la fidélité sur des valeurs, une histoire, une communauté. La première relève de l'imaginaire ou de la grâce ; la seconde, de la mémoire et de la volonté. »
« Ce n'est pas parce que Dieu m'ordonne quelque chose que c'est bien, c'est parce qu'une action est bonne qu'il est possible de croire qu'elle est ordonnée par Dieu. (…) Pour ceux qui n'ont pas ou plus la foi, il reste les devoirs, qui sont les commandements que nous nous imposons à nous-mêmes. »
« J'appelle « sophistique » tout discours qui se soumet à autre chose qu'à la vérité, ou qui prétend soumettre la vérité à autre chose qu'à elle-même, ( : ) « Si Dieu n'existe pas, il n'y a pas de vérité. ». J'appelle « nihilisme » tout discours qui prétend renverser ou abolir la morale, non parce qu'elle est relative, mais parce qu'elle serait, comme le prétend Nietzche, néfaste et mensongère, ( : ) : « Si Dieu n'existe pas, tout est permis. » »
« Si Jésus n'avait pas ressuscité, cela donnerait-il raison à ses bourreaux ? Cela condamnerait-il son message d'amour et de justice ? »
« Résumons-nous. On peut se passer de religion ; mais pas de communion, ni de fidélité, ni d'amour. »

Des raisons pour ne pas croire en Dieu
« « Professeur, croyez-vous en Dieu ? ». A cette question, que lui posait un journaliste, Einstein répondit simplement : « Dites-moi d'abord ce que vous entendez par Dieu ; je vous dirai ensuite si j'y crois. » »
« À quoi bon la prier, puisqu'elle ne nous écoute pas ? Comment obéir, puisqu'elle ne nous demande rien ? Pourquoi lui faire confiance, puisqu'elle ne s'occupe pas de nous ? »
« Si le hasard (des mutations) crée de l'ordre (par la sélection naturelle), on n'a plus besoin d'un Dieu pour expliquer l'apparition de l'homme. La nature suffit. »
« Essayez, par exemple, de prouver que le Père Noël n'existe pas, ni les vampires, ni les fées, ni les loups-garous… Vous n'y parviendrez pas. Ce n'est pas une raison pour y croire. Qu'on n'ait jamais pu prouver leur existence est en revanche une raison forte pour refuser d'y prêter foi. Il en va de même, toutes proportions bien gardées de l'existence de Dieu : l'absence de preuve, la concernant, est un argument contre toute religion théiste. Si ce n'est pas une raison d'être athée, c'en est une, à tout le moins, de ne pas être croyant. »
« On ne m'ôtera pas de l'idée que, si Dieu existait, cela devrait se voir ou se sentir davantage. (…) Pourquoi se cache-t-il à ce point ? Pour nous faire la surprise ? Pour s'amuser ? (…) Prétendre que Dieu se cache afin de préserver notre liberté, ce serait supposer que l'ignorance est un facteur de liberté. (…) « Je les ai laissé croire qu'ils étaient orphelins ou de père inconnu, afin qu'ils restent libres d croire ou pas en moi » (…) L'idée d'un Dieu qui se cache est inconciliable avec l'idée d'un Dieu Père. »
« Dieu ne parle pas, parce qu'Il écoute. (…) Cela me fait penser à cette boutade que raconte quelque part Woody Allen : « Je suis effondré ! Je viens d'apprendre que mon psychanalyste était mort depuis deux ans : je ne m'en étais pas rendu compte ! ». Encore peut-on changer de psychanalyste. Mais de Dieu, s'il n'y en a qu'un ou s'ils se taisent tous ? »

Des raisons pour croire que Dieu n'existe pas
« D'ailleurs, ajoutera Lucrèce, la nature montre assez, par ses imperfections, « qu'elle n'a pas été créée pour nous par une divinité ». (…) Pourquoi Dieu nous a-t-il créés si faibles, si lâches, si violents, si avides, si lourds ? »
« L'homme n'est pas foncièrement méchant. Il est foncièrement médiocre, mais ce n'est pas sa faute. Il fait ce qu'il peut avec ce qu'il a ou ce qu'il est, et il n'est pas grand-chose, il ne peut guère. (…) Comment devant une telle médiocrité des créatures, croire encore à l'infinie perfection du Créateur ? »
« Une croyance qui correspond à ce point à nos désirs, il y a lieu de craindre qu'elle n'ait été inventée pour les satisfaire. (…) Que désirons-nous plus que tout ? (…) D'abord de ne pas mourir, ou pas complètement, ou pas définitivement ; c'est ensuite de retrouver les êtres chers que nous avons perdus ; c'est que la justice et la paix finissent par triompher ; enfin, et peut-être surtout, c'est d'être aimés. (…) L'illusion n'est donc pas un certain type d'erreur ; c'est un certain type de croyance : c'est croire que quelque chose est vrai parce qu'on le désire fortement. »

Une spiritualité pour les athées

« L'esprit est une chose trop importante pour qu'on abandonne aux prêtres, aux mollahs ou aux spiritualistes. (…) L'esprit n'est pas la cause de la nature. Il est son résultat le plus intéressant, le plus spectaculaire, le plus prometteur. »
« Une spiritualité de la fidélité plutôt que de la foi, de l'action plutôt que de l'espérance, enfin de l'amour, évidemment, plutôt que de la crainte ou de la soumission. Il s'agit moins de croire que de communier et de transmettre, moins d'espérer que d'agir, moins d'obéir que d'aimer. »
« Celui qui se sent « un avec le Tout » n'a pas besoin d'autre chose. Un Dieu ? Pour quoi faire ? L'univers suffit. Une Église ? Inutile. Le monde suffit. Une foi ? A quoi bon ? L'expérience suffit. »
« Rien à espérer, rien à craindre : tout est là. (…) La sérénité n'est pas l'inaction ; c'est l'action sans peur, donc aussi sans espérance. Pourquoi non ? Ce n'est pas l'espérance qui fait agir, c'est la volonté. Ce n'est pas l'espérance qui fait vouloir ; c'est le désir ou l'amour. On ne sort pas du réel. On ne sort pas du présent. »
« Il n'y a plus que le réel, qui est sans autre. (…) Spinoza l'a pensé dans sa rigueur : « Le bien et le mal n'existent pas dans la Nature » (…) Il ne s'agit pas de dire que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. Il s'agit de comprendre que tout va comme il va dans le seul monde réel, qui est le monde. C'est le contraire d'un nihilisme. Il ne s'agit pas d'abolir la morale, mais de constater que la morale n'est qu'humaine, qu'elle est notre morale, non celle de l'univers ou de l'absolu. »


Aucun commentaire:

 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]