17 févr. 2012

SOUVENIR, SOUVENIR…

Pour un peu de temps passé ensemble…
Il y a un peu plus de dix ans, j’avais écrit quelques lignes de pastiches. Le temps a passé, le hasard de mes chemins numériques m’a fait les redécouvrir, et j’ai pensé qu’ils pouvaient constituer une illustration décalée de mes vendredis…
A la manière polar (de bas niveau ............) :
Tard ou tôt, au fonds d'un bar glauque à Pigalle, plus de clients, sauf un couple assis au fonds. Lui, la quarantaine, un costume à rayures voyantes, son chapeau mou posé à côté de sa bière. Elle, la vingtaine, une petite robe largement décolletée, un petit sac rouge à côté d'un verre de cognac.
« Dis Poupée,  t'es vachement sexy ce soir.
- Et toi mon loup, t'sais que t'es beau comme camion ce soir.
- Sûr ! Je m'suis mis sur mon 31 pour venir te voir. Putain de corps que t'as ! T'es vraiment roulée à faire enrayer une mitrailleuse.
- Arrête, flatteur.
- Mon cœur, si je t'dis tout ça, c'est que depuis que je t'connais, j'suis plus le même. Plus la tête à l'ouvrage. Tiens même que l'autre soir en sautant ma gonzesse - tu sais, celle qui travaille derrière la gare du Nord -, et ben, j'y prenais plus de plaisir. Rien que pour essayer de me remettre, j'lui ai balancé quelques claques. Rien n'y a fait. J't'ai dans la peau. J'y peux rien.
- Et voilà qu'tu recommences. J't'aime bien Charlie. Vrai qu'on s'est laissé aller ensemble y a quelques mois. Vrai que quand j'te regarde, cela fait quelque chose là au milieu du ventre. Mais vrai aussi qu'j'suis pas fait pour toi. J'suis qu'une gamine, et toi t'as déjà roulé pas mal ta bosse. Faut te faire une raison.
- Raison, raison, t'as toujours ce putain de mot à la bouche. Mais on s'en fout d'la raison. Y a rien à dire : on est fait l'un pour l'autre. J'peux pas te dire pourquoi, c'est juste que j'le sens. »
Les minutes passent. D'un œil distrait, le barman les regarde. Le bar se charge progressivement d'une atmosphère électrique, comme avant un orage ou un gros casse. La tension est partout.
« C'est pas croyable, ces deux là le cinéma qu'ils se font, pense-t-il tout bas. »
Dehors le jour se pointe. L'homme se redresse, enfile son chapeau. Elle remet sa robe en place. Un dernier regard au bar et ils sont dehors. Ils vont pour se séparer, mais leurs mains se frôlent, s'arrêtent, se saisissent. Leurs corps se rapprochent, et, sous la double lumière du réverbère et de l'aube, leurs yeux plongent l'un dans l'autre.
« T'as de beaux yeux, t'sais.
- Embrasse-moi. »

A la manière Rive Gauche (si l’on veut…) :
Une heure imprécise, un lieu imprécis aux contours mal définis, deux hommes ensemble. L'un debout la vingtaine, l'autre assis la quarantaine. Ils se font face. Leurs vêtements sont banals, gris à l'image du lieu.
«  Dur, non, dit celui qui est debout.
- Oui. »
Un silence de plusieurs minutes suit, rythmé uniquement par le mouvement des cigarettes et des volutes de  fumée.
« Alors ?
- Quoi ?
- Arrête.
- Si je veux. »
Nouveau silence. Boris - c'est celui qui était debout - en s'asseyant allume une autre cigarette. La lueur du briquet permet d'apercevoir un instant son visage tendu et nerveux.
«  Impossible, dit-il en soupirant.
- Pourquoi impossible ?
- Tu le sais bien.
- Peut-être que oui, peut-être que non.
- Mais je te l'ai déjà dit, il y a un an.
- C'était il y a un an. »
Silence à nouveau.
«  Et je ne suis plus tout à fait le même, dit Robert en se relevant.
- Peut-être, mais je n'ai pas changé d'avis.
- La question n'est pas d'avoir un avis. »
Un autre silence
«  Je ne peux pas. Je ne peux pas tout simplement.
- Je comprends ou j'essaie, mais je ne l'accepte pas. Notre rencontre est trop rare. »
Encore un silence.
«  C'est fou, non ?
- Quoi.
- Notre proximité qui est tellement forte qu'elle en crée presque une distance.
- Oui. »
Toujours un silence.
« Il est temps de partir, dit Boris en se levant.
- Où ?
- Ailleurs.
- Avec moi ?
- Non sans toi.
- Mais alors qui quittes-tu, toi ou moi ?
- Tu es vraiment trop compliqué.
- Non je ne crois pas. »
En disant ces derniers mots, Robert s'est rapproché de Boris. Leurs corps ne sont plus distants que de quelques centimètres. Un geste de trop, et leurs mains se heurtent.
« J'ai besoin de toi et toi aussi, dit Robert en saisissant la main de Boris.
- Peut-être. »

Aucun commentaire:

 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]