13 févr. 2012

TU NE POUSSERAS PLUS À L’ANOREXIE

Un autre des commandements de la « Table de la loi » de l’incertitude
Extrait des Mers de l’incertitude
Quand on évalue, on mesure la productivité. Classiquement, on met en regard les dépenses allouées et les résultats obtenus. On se pose ensuite la question de l’efficacité, et notamment celle de la diminution des coûts en supprimant ceux qui sont les moins productifs.
Ceci présente deux risques majeurs qui, l’un comme l’autre, peuvent emmener l’entreprise sur la mauvaise pente.
D’abord la mort comme résultat ultime de la règle magique des 80/20 : quoi que j’observe, je vais constater que 80 % du résultat est obtenu avec 20 % des efforts faits, et si l’on zoome sur les efforts les moins efficaces, on constate que les derniers 5 % ont un impact très faible1. Alors, arrive la question inévitable : pourquoi l’entreprise ne supprime-t-elle pas ces efforts qui ne sont pas rentables ? Imaginons maintenant que l’entreprise, suite à cette étude, arrête effectivement ces efforts. Un an plus tard, la même étude est menée, et identifie à nouveau 5 % d’efforts « inefficaces », car la loi des 80/20 continue à s’appliquer. Que fait-on ? Coupe-t-on aussi ces efforts-là ? Si oui, il n’y a aucune raison que cela s’arrête, et, on va par étapes vers le système le plus productif, le seul qui ne consomme aucune ressource inefficacement, en fait celui qui ne consomme plus du tout de ressources : la mort. C’est ce que l’on appelle aussi le « syndrome du wagon de queue » : quoi que l’on fasse, il y en aura toujours un… même si on enlève celui qui l’est actuellement. Oui, bien sûr, je simplifie et je caricature. Mais, au cours de mes vingt ans de pratique de consultant, j’ai croisé bon nombre d’entreprises qui, ayant suivi des démarches successives simplistes de productivité, avaient entamé très fortement leur processus vital et leur capacité à se développer.
Ensuite, la rigidité comme résultat de la cure d’amaigrissement : par construction, une approche classique de mesure de la productivité ne peut prendre en compte que ce qui est déjà identifié. Elle va considérer comme non productif tout ce qui ne peut pas être relié à un bénéfice connu. Or, en milieu incertain, comme je l’ai indiqué à plusieurs reprises, la survie à long terme d’une entreprise va dépendre de l’existence de ressources disponibles, de redondances et d’un flou dans les systèmes.
Aussi l’application brutale et sans discernement d’une démarche de productivité va conduire à supprimer tout ce flou et rendre l’entreprise cassante : elle est tellement tendue qu’elle ne pourra plus s’adapter. Tout est mis en ordre, il n’y a plus de désordre, et donc plus de capacité à s’adapter à un changement de l’écosystème dans lequel vit l’entreprise. Ainsi ceci peut conduire à l’anorexie, anorexie qui est une maladie, et non pas le témoin d’une performance future : l’anorexie conduit au temps de dinosaures, ces méga-entreprises vulnérables au moindre changement climatique.

3 commentaires:

Rostagnat Michel a dit…

Bravo Robert! Bien parlé.
As-tu lu, dans la même veine, le billet d'un camarade de ma connaissance sur le Blog de l'UNIPEF (http://blog.unipef.org/2012/01/07/un-etat-anorexique/)? A vrai dire, il a fait flop auprès des lecteurs, alors que ceux-ci s'étaient déchaînés sur le nom du nouveau corps ou sur nos primes. Pas assez sérieux sans doute. J'espère que tu as des lecteurs plus charpentés.
Tu poses une vraie question. Gare à l'anorexie qui a déjà intoxiqué les esprits de nombre de nos éminents camarades, qui poussent à la réduction du format du corps comme sanction fataliste de notre inutilité" patente aux yeux de l'Etat empoloyeur, alors qu'ils devraient se retrousser les manches pour nous proposer des horizons qui chantent!
On déjeune un de ces jours?

Robert Branche a dit…

Merci !
Oui l'anorexie est une maladie contagieuse... On ne prend plus vraiment le temps de réfléchir de nos jours.

Cet article est aussi paru sur les Echos où je publie maintenant très régulièrement (2/3 articles par semaine) : "Comment tuer une entreprise en l'évaluant" (http://lecercle.lesechos.fr/entreprises-marches/management/autres/221143073/comment-tuer-entreprise-levaluant). L'article est plus complet et regroupe trois parutions sur mon blog.
L'article a été fortement lu, twitter ,et repris aussi sur un autre site qui reprend avec mon accord mes articles (voir http://www.cfo-news.com/Comment-tuer-une-entreprise-en-l-evaluant_a21485.html) et là aussi fortement twitter...

ameli a dit…

Le patient met du temps à se remettre s'il veut guérir mais le pire c'est que l'anorexie est souvent mortelle.

 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]