10 juil. 2012

NOUS SOMMES CAPABLES D’EXPLIQUER MÊME LES CHOIX QUE NOUS N’AVONS PAS FAITS !

Peut-on s’autoanalyser sans se tromper ? (Neurosciences 14)
Auguste Comte avait en son temps réfuté toute capacité à s’autoanalyser : « Il est sensible, en effet, que, par une nécessité invincible, l'esprit humain peut observer directement tous les phénomènes, excepté les siens propres. Car, par qui serait faite l'observation ? (…) L'individu pensant ne saurait se partager en deux, dont l'un raisonnerait, tandis que l'autre regarderait raisonner. L'organe observé et l'organe observateur étant, dans ce cas, identiques, comment l'observation pourrait-elle avoir lieu? Cette prétendue méthode psychologique est donc radicalement nulle dans son principe. » (1)
Comment Stanislas Dehaene arrive-t-il à « dépasser » ce paradoxe et expliquer comment une métacognition est possible ?
Tout d’abord en explicitant que, à la différence de ce que l’on pensait encore récemment, les processus mentaux ne constituent pas un système unique et centralisé, mais un ensemble de processus partiellement spécialisés qui échangent entre eux. Pour simplifier et en espérant que je ne trahis pas les propos de Dehaene, je dirais que la sensation d’être, la prise de décision, la pensée émergent d’une sorte de cacophonie interne. Un peu comme dans une agora grecque… Dès lors, il n’est pas exclus que certains « observent » d’autres. On pourrait même aller jusqu'à dire que « tout le monde » observe « tout le monde » !
Ensuite, en prenant acte du paradoxe de Comte comme expression de l’existence d’une limite : il est probablement impossible d’accéder à une introspection parfaite et complète. Ceci est inhérent d’ailleurs à l’existence à un processus non centralisé et émergent : comment pourrions être capable de parfaitement analyser un processus qui est largement aléatoire et hautement complexe ?
Cette limite de notre capacité d’introspection est montrée par de multiples expériences. Une des plus spectaculaires est celle conduite par Johansson, P., Hall, L., Sikstrom, S., & Olsson, A. en 2005. Elle se déroule ainsi :
-        En phase 1, la personne choisit parmi deux visages présentant une beauté similaire, celui qu’elle juge le plus attirant.
-        En phase 2, la personne reçoit la carte et explique les raisons de son choix. Or, dans 20% des cas, les cartes ont été échangées subrepticement. 74% de ces échanges ne sont pas détectés, ni immédiatement, ni rétrospectivement.
-        La personne se met alors à donner des « explications » de son choix, même si ce n’est pas celui qu’elle avait fait ! Ces explications sont données avec le même niveau de détail, la même confiance, la même tonalité émotionnelle.
Ainsi non seulement, notre capacité à nous souvenir des choix que nous faisons n’est pas très fiable – seulement un quart des substitutions est repéré…–, mais  surtout, nous inventons a posteriori les raisons de choix qui ne sont pas les nôtres !
Décidément notre introspection n’est pas très fiable… Si elle l’était, nous distinguerions à coup sûr les cas où nous savons que nous savons, et ceux que nous ne savons pas. Or bien souvent, nous ne savons pas que nous savons – ce sont toutes nos connaissances oubliées ou enfouies dans des zones inaccessibles à la conscience –,  ou pire nous croyons savoir, c’est-à-dire que nous ne savons pas que nous ne savons pas – ce sont nos faux souvenirs et toutes les justifications fictives de nos comportements.
A nouveau, ceci est lourd de conséquences pour le management des entreprises : comment se fiabiliser le processus de décision en tenant compte de ces limites ? Ce ne sera certainement pas par des processus bureaucratiques, multipliant des contrôles tatillons.  
Notons pour l’instant ce problème – j’y reviendrai plus loin –, et revenons au cours de Stanislas Dehaene.
Donc est-ce à dire que notre capacité d’introspection est illusoire ?
(à suivre)
(1) Auguste Comte, Cours de Philosophie Positive (1830-1842), Vol. 1, pp. 31-32

5 commentaires:

Didier Reinach a dit…

Belle démonstration de la différence entre la réalité et la vérité....

La vérité est bien souvent l'histoire que nous nous racontons, ce que j'appelle les endomorphines verbales.

La réalité est le concre, la partie visible du fait de nos comportements verbaux et non verbaux dans un contexte donné...

Merci Robert de tes textes toujours pertinents

Didier Reinach a dit…

Belle démonstration de la différence entre la réalité et la vérité....

La vérité est bien souvent l'histoire que nous nous racontons, ce que j'appelle les endomorphines verbales.

La réalité est le concre, la partie visible du fait de nos comportements verbaux et non verbaux dans un contexte donné...

Merci Robert de tes textes toujours pertinents

Didier Reinach a dit…

Belle démonstration de la différence entre la réalité et la vérité....

La vérité est bien souvent l'histoire que nous nous racontons, ce que j'appelle les endomorphines verbales.

La réalité est le concre, la partie visible du fait de nos comportements verbaux et non verbaux dans un contexte donné...

Merci Robert de tes textes toujours pertinents

Yann a dit…

Bonjour,
Je viens de lire cet article
http://www.slate.fr/lien/59151/decide-rapidement-choisit-toujours-premiere-option

L’étude donne-t-elle des informations sur l'ordre des choix?

Robert Branche a dit…

Non je n'ai vu aucune étude conduite par Stanislas Dehaene ou rapportée par lui, et qui porte sur l'ordre des choix.
L'article de Slate est intéressant sur ce point, et montre aussi comme la partie consciente de nos choix n'est vraiment que la partie émergée de l'iceberg des processus réels !

 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]