12 nov. 2012

ÊTRE LÀ, SANS VOULOIR CHANGER QUOI QUE CE SOIT

A la découverte d’un prophète de l’acceptation de soi et de l’abandon
A l’occasion de l’émission littéraire La Grande Librairie animée par François Busnel, j’ai découvert le philosophe Alexandre Jollien. Une rencontre étonnante avec quelqu’un qui sort de l’ordinaire, un homme qui a su dépasser son handicap physique et être l’apôtre du lâcher prise et de l’acceptation de soi. Au bout de quelques secondes, j’ai été captivé par la profondeur et la légèreté de sa pensée – avec lui, les deux ne sont plus incompatibles ! –, et ai oublié le caractère haché de sa diction.
J’ai aussitôt après, fait l’acquisition de son dernier livre, « Petit traité de l’abandon, pensées pour accueillir la vie telle qu’elle se propose » et m’y suis plongé avec délices. C’est une merveille d’intelligence, d’ouverture et d’humanité dont je vous recommande la lecture.
En voici quelques phrases piochées au hasard de ma lecture :
Il s’agit donc davantage de « laisser être » que d’accepter. Accepter, c’est encore du travail pour le moi.
« Ma femme n’est pas ma femme, c’est pourquoi je l’appelle ma femme » : c’est seulement à partir du moment où je sais que les étiquettes enferment les choses et les gens – et que cela les tue –, que je peux en faire usage.
Je ne rencontre jamais deux fois ma femme parce qu’elle change instant après instant.
On reprocha au philosophe Diogène le Cynique d’avoir faussé la monnaie. Il répondit en substance : « C’est tout à fait vrai, et quand j’étais petit, je faisais pipi au lit, mais cela ne m’arrive plus. » (…) Et l’amour inconditionnel, c’est peut-être cela. Aimer sa femme, ici et maintenant, sans l’enfermer dans ce qu’elle a été.
Un contradicteur de Spinoza, Blyenbergh, lui opposa l’exemple, ô combien fameux, de l’aveugle, objectant à peu près ainsi : « Mais l’aveugle n’est pas parfait. Il lui manque quelque chose. La vue, précisément. » Spinoza lui rétorque en substance : « Est-ce qu’il vous manque des ailes ? » Si l’on me demandait cela en effet, je répondrais d’emblée : « Non, bien sûr, il ne me manque pas d’ailes. »
Ne rien vouloir changer. C’est, paradoxalement, ce qui m’a le plus aidé à changer. Essayer d’être là. Même pas essayer, être là, sans vouloir changer quoi que ce soit.
Ce qui nous sauve, c’est de savoir que l’on ne peut pas guérir de ses blessures mais que l’on peut vivre avec, que l’on peut cohabiter avec elles sans qu’il y ait nécessairement de l’amertume.
Car une chose est certaine : au terme de la vie, nous perdrons tout. Alors autant tout lui donner. Autant considérer la santé des enfants, notre propre santé, nos amis, comme des cadeaux immenses et non comme un dû. En somme, la gratitude, c’est revisiter tout ce que l’on reçoit avec une liberté nouvelle et en profiter encore plus, sans s’accrocher, sans s’agripper.
Et l’on prête à Gandhi cette formule merveilleuse : « Il faut vivre simplement pour que d’autres puissent simplement vivre. »

3 commentaires:

Le Blog de Paule Orsoni a dit…

Voilà qui est bien dit,Robert...
Alexandre Jollien ne se pose pas en donneur de leçon et tente simplement de dire une vérité sur lui-même.
Il n'entend pas donner de leçon de courage ,il montre son courage...le "courage d'être".

Robert Branche a dit…

Oui, Paule, j'ai été impressionné par la puissance de son témoignage, la force de sa simple présence et de ce qu'il exprime... calmement... et nettement

Eliane Jacquot a dit…

Pour aller dans le sens de la pensée d'Alexandre Jollien, que j'ai entendu chez François Busnel, je vous propose un court texte issu d'un ouvrage écrit par Frédéric Lenoir, Socrate, Jésus, Bouddha, trois maîtres de vie:
Il n'apporte pas de réponse , mais pose des questions essentielles sur le chemin de la vie .

"Car la vraie question qui se pose à nous est la suivante: l'être humain peut-il être heureux et vivre en harmonie avec autrui dans une civilisation entièrement construite autour d'un idéal de "l'avoir "? Non, répondent avec force le Bouddha, Socrate et Jésus. L'argent et l'acquisition de biens matériels ne sont que des moyens ,mais jamais une fin en soi. Le désir de possession est, par nature, insatiable. Et il engendre frustration et violence. L'être humain est ainsi fait qu'il désire sans cesse posséder ce qu'il n'a pas, quitte à le prendre par la force chez son voisin...."

 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]