13 sept. 2013

LE CHARME DE LA VIE

Autres télescopages thaïlandais (3)
Un déluge de pluie inonde les rues de Bangkok. Rapidement je me glisse à l’abri d’un portique qui jouxte le temple Wat Pho. Mon regard flotte autour de moi, porté par les vagues qui m’encerclent.
Tout à coup un flot de joie surgit et envahit la chaussée. Une nuée d’écoliers emballés de plastique jaune crie, se poursuit et saute. Pour eux, l’orage est source de jeux et de glissade.
La couleur de leurs capes vaut tous les rayons de soleil, et le lieu brille de leur excitation contagieuse.
Réchauffé de leur énergie, dès qu’ils sont partis, je quitte mon abri, et me glisse à mon tour au travers du rideau de pluie…
Au bout du bout d’une petite route, non loin de Angkhang, dans le Nord de la Thaïlande, me voilà face à la Birmanie : derrière ce minuscule poste frontière commence un pays qui alors – c’était en 2009 – est encore fermé.
Étrange de le sentir si proche et accessible. Tout paraît si fragile, si franchissable. Qu’adviendrait-il si j’avançais brutalement ? Verrais-je surgir de derrière les buissons toute une armada de militaires birmans ? Et ce petit chien qui semble si amical se transformerait-il en un colosse menaçant ?
Je n’aurai jamais la réponse à ces questions, et devrai vivre pour toujours dans l’incertitude. Mais n’est-ce pas mieux ainsi ? Pourquoi détruire les rêves et les hypothèses en les confrontant au réel ?
Je suis toujours étonné par la capacité de la plupart des touristes à emporter leur maison avec eux, et à rechercher ailleurs ce qu’ils viennent de quitter. Tels des tortues, ils refusent d’habiter en des lieux inconnus.
Témoignage, cette taverne allemande trouvée à Chiang Mai. Quelle idée d’aller dans cet endroit quand on est dans les profondeurs de la Thaïlande ! Et pourtant, à chaque fois que je passe devant, le restaurant est bondé, et l’hôtesse thaïe relookée en hôtesse bavaroise essaie de m’y faire entrer. Étrange hybridation qui, à défaut de me donner l’envie de goûter aux charmes du lieu, contribue à mon amusement.
Souvenir aussi d’un arrêt dans un restaurant face au Mékong, juste au Triangle d’Or. Là un groupe de touristes italiens s’étaient plaints que les pâtes étaient moins bonnes que chez eux, et les frites insuffisamment abondantes !
Aucun doute, ils avaient raison, et il y a fort à parier que la choucroute à Chiang Mai est moins bonne qu’à Munich. Pour ma part, je trouve cela plutôt rassurant !

Aucun commentaire:

 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]