14 janv. 2014

LA MATIÈRE EST DEVENUE RARE, ET L’INFORMATION SURABONDANTE

L’entreprise au cœur de l’incertitude et des émergences (2)
Jusque très récemment, tant que nous, humains, étions en petit nombre, et que la plupart d’entre nous consommions peu par individu, la question des ressources physiques ne se posait pas vraiment. Ou plus exactement, le facteur limitatif n’était pas leur disponibilité, mais notre capacité à les trouver et à les exploiter : comment mieux les extraire, les combiner, et qu’en faire.
Face à cette abondance, le modèle économique dominant s’est construit sur le peu de dépendance vis-à-vis des matières premières. Un axiome implicite était qu’elles seraient toujours là, en quantité suffisante, quoi qu’il arrive. Il y avait bien une bataille pour l’accès à certaines ressources critiques, comme par exemple le charbon, le pétrole ou des matériaux rares, mais c’était pour permettre à quelques entreprises d’asseoir leur supériorité et leur domination via ce contrôle.  Globalement, il n’y avait pas de pénurie, elle était artificiellement créée par des monopoles ou des oligopoles.
Parallèlement l’information était limitée, son accès difficile et le savoir l’affaire d’un petit nombre. Malgré l’abandon progressif du taylorisme initial, les organisations continuaient à reposer sur un grand écart entre une tête pensante et une masse obéissante. Puisque ce qui limitait la croissance était la rareté de cette intelligence et non pas celle de la matière, il était logique de payer très cher des cerveaux et des talents exceptionnels, et peu la matière.
Aujourd’hui la relation s’inverse, car nous consommons notre planète plus vite que les ressources ne se renouvellent, alors que, grâce aux développements de l’éducation, de l’informatique, des télécommunications et d’Internet, la quantité d’informations disponibles explosent et que leur accès est quasi universel.
Ainsi le rapport est-il en train de s’inverser : l’information devient surabondante et constamment accessible, la matière physique se raréfie. Et « la montée inexorable et rapide de l’économie des signes parfaitement mobiles et liquides, nous fait passer sensiblement, selon la formulation d’André Orléan, de l’économie des grandeurs (…) à celle des relations. » (1)
(1)  Charles-Henri Filippi, Les sept péchés du capital, p.55
(extrait des Radeaux de feu)

Aucun commentaire:

 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]