27 janv. 2014

SEULS DES HOMMES NOUVEAUX POURRONT GÉNÉRER LE SURSAUT NÉCESSAIRE

La transformation de la France suppose une compréhension profonde et intime de la mondialisation en  cours
Il y a un peu plus de deux ans, je publiais un article « Non, le futur n’est pas la reproduction du passé en pire » qui en appelait, quelques mois avant l’élection présidentielle, à la prise de conscience que notre futur en France était largement entre nos mains.
L’essentiel de mon propos était de m’attaquer d’abord au mot même de crise, qui masquait le fait que ce que nous vivions était un processus de transformation, et qu’il était illusoire et dangereux de croire qu’il serait transitoire, et qu’il était possible de revenir à un passé, largement d’ailleurs enjolivé et réinventé.
Cette passage à ce que j’appelle le Neuromonde, repose sur trois moteurs qui se complètent et se renforcent :
- Les niveaux et le mode de vie convergent entre tous les pays,
- Le système économique et industriel passe de la juxtaposition d’entreprises et d’usines, à un réseau global et de plus en plus complexe,
- L’humanité passe d’une juxtaposition d’individus et d’appartenances, à, elle-aussi, un réseau global et de plus en plus complexe
Dès lors raisonner à partir des anciennes logiques, ou attendre que tout se règle de soi-même sont toutes deux dangereuses, ce d’autant plus que de nouveaux défis apparaissent :
- Quelle est la place d’un individu et quelle sera sa liberté dans un monde de réseaux ?
- Comment ne pas remplacer les inégalités entre pays, par des inégalités pires à l’intérieur de chaque pays ?
- Comment ne pas accélérer la consommation de notre planète ?
- Et enfin, quelles structures politiques pour ce Neuromonde ?
Je terminais mon article par un appel à la compréhension que ce Neuromonde était certes nouveau et incertain, mais qu’il était porteur de nouvelles richesses, et qu’il était de la responsabilité des politiques, et singulièrement de ceux qui voulaient devenir Président, d’expliquer que la France, forte de son passé et de tout son capital accumulé, avait les ressources de faire face à ce défi, ce sous deux conditions :
- Avoir confiance en un futur meilleur et mobilisateur,
- Développer une politique de solidarité pour que ce ne soit pas les plus faibles qui pâtissent des changements en cours
Qu’en est-il donc plus de deux plus tard ?
Malheureusement peu de chemin a été parcouru, et l’élection présidentielle française de 2012 n’a pas été – c’est un euphémisme… -  l’occasion de cette prise de conscience.
Le seul progrès que je vois, et il est essentiel, est que tout un chacun comprend de plus en plus que la crise n’est pas un phénomène transitoire, mais bel et bien une transformation.
Par contre, je vois peu de responsables capables de se projeter en exprimant une vision et en étant des catalyseurs de confiance. Pourtant comment croire que tout un chacun se mobilisera, s’il continue de penser que les sacrifices d’aujourd’hui ne conduiront qu’à un futur pire que le présent ?
De même, les égoïsmes sont aussi largement omniprésents, chacun se crispe sur ses acquis, et ceux qui sont en situation de le faire, cherchent le plus souvent à accroître puissance et avantages.
Peu de raison apparemment d’être optimiste.
Mais cette étape était probablement encore nécessaire, et la France semble d’être enfin en train de se réveiller. Il est temps, et il devient urgent de sortir de notre dépression collective.
Il est temps aussi que nous apprenions à arrêter de gaspiller les ressources qui sont les nôtres :
- Nous ne devons plus continuer à accepter d’avoir des structures politiques et administratives qui se chevauchent, se bloquent mutuellement, et in fine, détruisent de la valeur en augmentant sans cesse les prélèvements publics sans contrepartie réelle,
- Nous devons réapprendre à élaborer des solutions plus spartiates et plus économiques, car nous n’avons plus les moyens de dépenser inutilement
Croire que ce sursaut viendra des hommes politiques actuels, ce quel que soit leur bord politique, est illusoire. Ils sont trop issus du système actuel, ont une trop faible compréhension et pratique de la dimension mondiale de la transformation, et finalement trop à perdre, eux-mêmes, pour cela.
Seuls des hommes nouveaux peuvent et pourront générer ce sursaut. C’est donc de ce côté qu’il faut maintenant tourner ses regards, et commencer à agir.
À chacun de se lever. Nous sommes tous des citoyens, et la France sera ce que nous en ferons.

2 commentaires:

Pierre Ratcliffe a dit…

Intéressant. J'ai justement un flux de pensées qui va dans le même sens; je vais exprimer cela, le structurer et le mettre sur mon blog http://pierreratcliffe.blogspot.com

Je commencerai bien plus avant.... depuis qu'Homo.sapiens a émergé dans le processus de l'évolution et s'est acculturé, avec la constitution de groupes sociaux et d'institutions, en passant par les Grecs, les Romains, le Moyen-Äge, la rencontre des autres civilisations jusqu'à la mondialisation d'aujourd'hui; mais avec les 9 milliards que nous atteindrons en 2050, nous évoluerons alors peut-être vers la décroissance et la disparition de notre espèce. Cordialement.

Pierre Ratcliffe a dit…

voir cette vidéo Elkabach-Copé;
(lien).
exemple type de la langue de bois qui désespèrent les français! Elkabach journaliste de gauche qui veut à tout prix déstabiliser et Copé dans le désarroi total: c'est bien vrai "seuls des hommes nouveaux....."

 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]