7 janv. 2014

VERS UN HOMME ÉLARGI OU UN NOUVEL HOMME ?

Vers la connexion globale (2)
Ainsi là où je suis et là d’où je viens, ne sont plus mon seul facteur d’identité. Celui qui m’est proche n’est plus nécessairement ni mon voisin, ni mon parent. Celui qui m’est proche est celui que je choisis ou qui me choisit, celui avec qui je vais pouvoir entrer en résonance émotionnelle virtuellement. Celui qui m’est proche est celui que je rencontrerai physiquement peut-être un jour… ou peut-être pas.
Cette distance entre le corps et la pensée, entre le lieu et l’identité, donne naissance à de nouveaux migrants qui, quel que soit le lieu où ils trouvent, maintiennent les contacts avec toutes leurs tribus : avec cette connexion permanente, les migrants deviennent hybrides et riches de toutes leurs appartenances. 
Cette capacité de devenir des migrants numériques ouvre des possibilités aux individus qui veulent s’abstraire des règles et des contraintes. Elle est l’occasion de favoriser de nouveaux égoïsmes et une sorte d’élite apatride. C’est ce que note Charles-Henri Filippi : « Là où l’État existe encore pour l’homme ordinaire qui en attend tout, il est une contrainte de laquelle l’élite sait s’échapper, un passif auquel elle peut éviter de contribuer : l’élite en vient au minimum à marquer une certaine indifférence à la perspective du déclin national. (…) Les princes sont désormais sans peuples et les peuples sans identité. » (1)
Nous sommes aujourd’hui au cœur de la tourmente créée par ces décompositions multiples : le plus grand nombre des individus subit les incertitudes globales sans profiter des opportunités qui y sont associées, tandis qu’un tout petit nombre sait se jouer des incertitudes et capte à son profit les bénéfices de ces opportunités. Un peu comme si la création des radeaux de feu ne sauvait que la reine et sa garde rapprochée. Croyez-vous que dans ce cas, les fourmis vont encore longtemps les construire ?
Vers quoi cela va-t-il aller ? Quelle est la portée réelle de cette transformation des individus ? Puisqu’elle impacte tous les éléments qui ont permis à notre cortex cérébral de faire naître l’espèce humaine et à la différencier du reste du monde animal, mon pari – mais je suis conscient que c’en est un ! -, est que nos descendants nous regarderont comme nous le faisons pour nos ancêtres habitant les cavernes.
Ceux-ci en mobilisant les capacités de leur cortex avaient conquis le monde physique en tirant progressivement de plus en plus de ressources et d’intelligence des territoires qu’ils habitaient. Nos descendants arriveront-ils à mobiliser les capacités de ce cortex élargi, collectif et déterritorialisé, pour inventer un nouveau type de relation et d’intelligence ? Nous étions sortis des cavernes physiques, sortiront-ils des cavernes mentales ?
(1) Charles-Henri Filippi, Les sept péchés du capital, p.76
(extrait des Radeaux de feu)


Aucun commentaire:

 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]