25 sept. 2014

TOUT DEVIENT NUMÉRIQUE

Big Data II (1)
En mai et juin dernier, j’ai publié une série d’articles sur le Big Data, articles que j’ai rediffusé en une fois le 21 août. Je vais reprendre et prolonger mes réflexions sur ce thème clé, ceci à partir de la lecture du livre de Viktor Mayer-Schönberger et Kenneth Cukie, paru en 2013 et consacré à ce sujet, « Big Data: A Revolution That Will Transform How We Live, Work, and Think ».
Quelques rappels tout d’abord sur la dimension de ce qui se produit depuis une dizaine d’années, c’est-à-dire très peu de temps :
« En 2007 seulement sept pour cent des données sont analogiques (documents, livres, photographies imprimées, etc.). Le reste était numérique. (…) Aussi récemment qu’en 2000, seulement un quart de l’information archivée dans le monde était numérique. Les autres trois-quarts étaient sur support papier, film, disque vinyle, bande magnétique,… (…) En 2013, la quantité d’information stockée dans le monde est estimée autour de 1200 exaoctets, et que moins  de 2 pour cent n’est pas numérique. »
« La quantité d’information archivée croît quatre fois plus vite que l’économie mondiale, pendant que la puissance de traitement informatique croît neuf fois plus vite. »
« Ceci s’étend maintenant aux données, qui deviennent un actif des entreprises, une contribution économique vitale, et le fondement de nouveaux modèles de business. C’est le pétrole de l’économie de l’information. Bien que les données ne soient que rarement enregistrées dans les bilans, ce n’est probablement qu’une question de temps. »
Dans leur livre, ils parlent de « datafication », c’est-à-dire du processus actuel qui tend à tout numériser, non plus seulement les écrits, mais les localisations, les actes individuels, voire l’empreinte de notre corps sur le siège d’une voiture :
« Koshimizu et son équipe convertissent le dos en données en mesurant avec des capteurs la pression en 360 différents points d’un siège de voiture, et en indexant chaque point sur une échelle de zéro à 256. Le résultat est un code digital unique pour chaque individu. Dans l’essai, le système peut distinguer au sein d’une poignée de personnes avec 98% de fiabilité. La recherche n’est pas stupide. La technologie est développée comme système antivol pour les voitures. Un véhicule ainsi équipé reconnaîtrait quand un conducteur illicite serait au volant et demanderait un mot de passe pour continuer la conduite ou peut-être couper le moteur. »
Ainsi, nous entrons dans un monde où l’information numérique sera omniprésente, et cela ouvre « une perspective sur la réalité que nous n’avons jamais eu avant. »...
(à suivre)

Aucun commentaire:

 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]