19 mars 2009

PAS TOUJOURS FACILE DE LIRE LA PRESSE ÉCONOMIQUE…

Une relecture partielle et partiale des Échos du 18 mars avec quelques commentaires

P.1 : « Parisot a quinze jours pour interdire les bonus aux dirigeants qui licencient » : A la lecture des quelques lignes qui suivent, je comprends que ceci fait partie des « propositions opérationnelles » sur les bonus des patrons demandées par les ministres de l'Économie et du Travail, relayant un oukase d'origine élyséenne. Je ne vais pas me prononcer sur le fonds de cette demande, mais j'aime assez son côté si « opérationnel ». En effet, comment la présidente du MEDEF peut-elle interdire quoique ce soit à des patrons indépendants ? Quels sont ses moyens d'actions ? Les exclure du MEDEF ? Leur dire que vraiment ce n'est pas bien et les emmener de force sur la place publique ? Admettons que je me trompe et qu'elle trouve un moyen d'agir. Comment alors sur le plan « opérationnel » procéder ? Les bonus étant liés normalement à l'exercice passé, ce devrait donc être des licenciements passés dont on parle. Ceux de l'année 2009 devraient interdire un bonus versé en 2010. Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai comme l'impression que ce n'est pas ce que le gouvernement a en tête. Rendez-vous donc à fin mars pour voir ce qui se passe. Nous voilà face à une des règles de base d'un bon feuilleton : entretenir le suspense.

P.2 « Les syndicats pressent l'exécutif de forcer le patronat à protéger l'emploi » : Nous voilà donc face à un coup de billard compliqué et à bandes multiples. Si je comprends bien l'idée, tout d'abord les syndicats doivent agir sur le gouvernement (je suppose que c'est lui qui se cache derrière l'exécutif). Ceci doit être fait de telle sorte que ce dernier en vienne à son tour à agir sur le patronat et ce dans une direction bien précise. Enfin le patronat mis en mouvement par le gouvernement doit protéger l'emploi. Compliqué non ? Et comment réussir à garder la bonne trajectoire avec autant de rebonds ? Difficile même pour un professionnel du billard. Et là en plus les bandes ne sont pas inertes, mais vivantes… Pas gagné. J'ai dans l'idée que des moyens plus simples devraient exister. Mais il est vrai que je ne suis pas un professionnel…

P.5 « Lors de son discours à la tribune de l'Assemblée, Laurent Fabius, aussi à l'aise qu'à son habitude, a enfoncé le clou » : Ce texte est la légende d'une photo de Laurent Fabius qui s'exprimait sur le retour la France dans le commandement intégré de l'Otan. Sur la photo, il a le poing levé et s'apprête donc, selon la légende, à enfoncer clou que l'on ne voit pas, mais qui doit se trouver sur le pupitre que l'on imagine en dessous. Comme il va le faire à main nue, c'est courageux de sa part. S'il est à l'aise, c'est qu'il a sans doute l'habitude de procéder ainsi. J'ignorais ce talent « fakirien » de cet ancien premier ministre.

P.7 : « Malgré quelques signaux positifs sur le front de la construction, l'optimisme relatif de la Réserve fédérale tranche encore avec la prudence des économistes sur la sortie de la crise à la fin de l'année » : Procédons à une exégèse de cette phrase un peu hermétique à première lecture. Donc tout d'abord, il y a un front de la construction. De quoi s'agit-il ? Les constructions les plus visibles ? Les plus exposées, mais alors à quoi ? ou alors est-ce l'amorce d'une métaphore voulant doter la construction d'un corps complet ? Impossible à savoir. Donc il y a des signaux positifs sur ce front. Quels sont-ils ? La réponse est probablement dans le long article qui suit. Une forme de teaser, donc. Vient ensuite l'optimisme relatif. Voilà une prise de position courageuse. Avec une amorce pareille, on est sûr d'avoir raison quoiqu'il arrive ensuite, un engagement relatif quoi… Et alors arrive le choc : cet optimisme relatif tranche avec la prudence. Mais comment une expression aussi balancée et qui n'engage pas à grand-chose peut trancher avec quoique ce soit, et surtout une prudence ! J'arrête là, cet article n'est pas pour moi…

P.11 « Bien sûr, la haine des concurrents n'a jamais empêché Microsoft de prospérer… Google doit apprendre à cultiver son écosystème. C'est la clef des entreprises qui durent. » : Sans que je sache bien pourquoi, cet article sur Google et ses forces et faiblesses vient comme lancer un message aux politiques…

P.14 : « L'escalade des carottes fiscales » : J'aperçois alors une espèce végétale nouvelle – est-elle bio ? -, la carotte fiscale. C'est un légume extrêmement agressif et toujours tourné vers la compétition : le moindre obstacle est pour lui l'occasion d'une escalade. Alléché donc par ce titre prometteur, je me suis précipité sur la lecture de l'article. Déception, il ne faisait qu'analyser le nouvel avantage fiscal pour les résidences de service (voir plus loin)…

P.17 : « Le CAC 40 victime de prises de bénéfice » : C'est bizarre, j'avais cru comprendre que le CAC 40 était plus la victime des baisses récentes et de la crise financière. Mais, bon, cela doit être une affaire d'expert trop compliquée pour moi…

P.17 : « Les actionnaires individuels étrillent les patrons » : Selon le wiktionary, étriller quelqu'un veut dire « le battre, le maltraiter ». Ciel, donc nous allons vers une guerre civile lors des assemblées générales. Allons-nous voir les petits actionnaires rouer des coups les dirigeants ? En lisant l'article, j'ai été rassuré. J'y lis en effet que « Voilà qui devrait provoquer des froncements de sourcils parmi les équipes dirigeantes des sociétés cotées. » Ouf, donc visiblement rien de grave. Une sorte de petite jacquerie sans importance, donc ?

P.17 : « La FIA propose aux écuries de Formule 1 un plafonnement « optionnel » des budgets » : Voilà un concept nouveau, riche et porteur pour l'avenir. Je suggère qu'on le généralise immédiatement. Quelques suggestions : rendre toutes les peines de justice optionnelles, ce qui contribuerait à vider rapidement les prisons, réglant du coup à bon compte le problème de la surpopulation carcérale. Rendre le paiement de l'impôt optionnel, ce qui permettrait à Sarkozy de supprimer le bouclier fiscal, sans pénaliser quiconque.

P.25 : « Les députés pourraient renforcer les avantages fiscaux des résidences de service : … Pour compenser les effets pervers des récents textes législatifs, le Président de la Fédération des promoteurs et constructeurs, Jean-François Gabilla a négocié pied à pied des avantages fiscaux avec les députés et Bercy… Cette réduction s'accompagne de la récupération de la TVA et, grâce au régime des bénéfices industriels et commerciaux, de l'amortissement du bien hormis pour sa fraction ayant fait l'objet d'une réduction d'impôt… » : Bon, tout d'abord, tout ceci a l'air d'une telle simplicité que cela va contribuer à relancer l'emploi tant chez les contrôleurs des impôts que dans les cabinets comptables. Ensuite je vois avec plaisir que nous continuons à compliquer notre système fiscal, ce qui va permettre à la volonté affichée de tout simplifier d'avoir un nouveau terrain d'application. C'est bien de penser à préparer la simplification future. Et incidemment, ne serait-ce pas non plus une nouvelle niche fiscale ?


Aucun commentaire:

 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]