10 mai 2009

TOUS ENSEMBLE, HYBRIDONS-NOUS DE NOS DIFFÉRENCES

Cet article compile une série publiée en plusieurs parties

POURQUOI NOUS ENTRONS DANS UN « NEUROMONDE »

Notre corps est maintenant « appareillé » pour agir à distance.

Commençons par laisser la parole à Michel Serres qui a écrit dans Hominescence :

« Nous construisons notre corps par l'intermédiaire des produits du corps, puisque les objets techniques appareillent de lui... Nous nous construisons nous-mêmes... De naturés, je veux dire plongés passifs dans une nature sans nous, nous devenons naturants, architectes et ouvriers actifs de cette nature... J'appelle exodarwinisme, ce mouvement original des organes vers des objets qui externalisent les moyens d'adaptation...

Quand les signaux se propagent dans l'instant, les communications se détachent de leurs conditions d'espace et de temps : les lieux d'habitation n'en dépendront plus... Ces contraintes disparues, nous n'habiterons plus, non seulement dans le local, mais dans ces singularités de l'espace et du temps... Qui est mon prochain ? Qui appeler voisin, désormais ? ...

Mais surtout, le travail ne s'attache plus désormais à la longueur des bras ou au rayon d'action de machines simples, mais à des renseignements issus de banques dispersées dans l'Univers, mais consultables à ma console domestique... L'écriture contribua, de manière décisive, à créer les premières villes, assouplit et accéléra les échanges commerciaux grâce à la frappe des monnaies, donna leur essor aux sciences abstraites et à la pédagogie... Dès qu'à la Renaissance apparaît l'imprimerie première production à la chaîne et en série, les banques italiennes transforment les échanges commerciaux en Méditerranée, où les lettres de change remplacent la monnaie... Il faut nous attendre à des bouleversements et même à des ruptures d'une ampleur au moins équivalente à ceux qui ébranlèrent ces deux évènements du passé

Ainsi, l'essor des technologies de l'information – c'est-à-dire l'ensemble des technologies qui regroupent le téléphone, la radio, la télévision, l'informatique, et dernièrement les réseaux de données avec internet – viennent modifier en profondeur à la fois l'individu – dans sa capacité à entrer en relation avec les autres, à stocker et traiter de l'information – et les systèmes collectifs – dont les technologies de l'information peuvent décupler la puissance et l'efficacité de leurs « espaces de travail » –.

Avec la généralisation du haut débit et la convergence en cours, nous sommes en train de franchir une étape décisive.

Les structures humaines, les relations interpersonnelles se trouvent aussi modifiées, la proximité mentale venant compléter et parfois remplacer la proximité géographique et familiale.

Les entreprises, et singulièrement les plus grandes, sont en train d'en profiter pour gagner en efficacité et en performance, asseoir leur domination par rapport à un réseau qui les entoure.

La globalisation et la mondialisation, dont on a longtemps parlé, deviennent une réalité économique qui vient prendre de travers les États qui sont eux restés essentiellement géographiques et locaux.

La crise actuelle en est une des expressions.

Beaucoup de repères semblent ainsi se déplacer.

Tous ces changements sont-ils des accélérations des mouvements précédents ou sont-ils l'amorce de l'émergence d'un nouveau paradigme ? Sommes-nous en train de sortir d'une nouvelle caverne pour entrer dans un « Neuromonde » ?

NOUS SOMMES DOTÉS D'UN « CERVEAU ÉTENDU »

Nous apprenons un nouveau langage

Le processus d'hominisation – pour reprendre la terminologie de Michel Serres –, tel qu'il a été étudié par la neurobiologie, s'appuie d'abord sur l'émergence du langage. C'est le langage qui a permis à l'esprit humain de s'écarter progressivement du monde animal par sa capacité à manipuler des concepts, des représentations et à construire des interprétations. Parler, c'est aussi dénommer et donc pouvoir développer une communication vers l'autre plus riche et plus complexe. Début d'une pensée collective.

L'arrivée de l'écriture a apporté une nouvelle dimension à notre capacité à manipuler des concepts. Nous pouvions stocker de l'information non plus seulement dans notre mémoire personnelle, mais aussi dans un support externe : début d'exodarwinisme mental. L'homme commence ainsi avoir accès à des informations issues d'événements qu'il n'a pas vécus ou qu'il aurait oubliés : en renforçant la capacité du système humain à manipuler les informations, l'écriture a démultiplié la puissance de notre espace de travail. Les échanges entre individus ont aussi été facilités, favorisant l'émergence et la solidité des systèmes.

A nouveau, revenons à ce qu'écrivait Michel Serres dans Hominescence : « De même que la roue appareilla le corps, des chevilles et des rotules en rotation dans la marche, de même le stockage de l'information appareilla de fonctions cognitives antiques... Montaigne les cite désormais en se souvenant seulement de leur place sur les étagères pour les consulter : quelle économie ! ... Libéré de la mémoire, un entendement bien fait se tournera vers les faits du monde et de la société pour les observer. En réalité, Montaigne loue, dans cette sentence, l'invention de l'imprimerie et en tire des leçons éducatives... Nous voici réduits à être intelligents. »

L'imprimerie est venue donner toute sa puissance à l'écriture. Elle n'en a pas changé la nature, mais elle a accru sa capacité de diffusion spatiale et temporelle : la multiplication des exemplaires a rendu plus certaine la conservation et a fait chuter drastiquement le coût de transmission. L'imprimerie a aussi permis l'émergence de la monnaie et du système bancaire.

Arrivent les technologies de l'information. Elles apportent une nouvelle dimension en facilitant le stockage – possible maintenant sur de multiples supports et sous des formats pouvant allier son, image et écrit –. Elles apportent aussi l'instantanéité de la diffusion soit en direct (téléphone, puis chat ...), soit en différé par transmission des informations stockées via les réseaux.

Ces technologies apportent aussi à l'individu une capacité à "vivre" intellectuellement des situations sans avoir à les expérimenter physiquement : nos avatars peuvent circuler librement dans le cyberespace et interagir avec d'autres excroissances virtuelles. Elles viennent ainsi nourrir son système conscient de nouvelles données qui vont pouvoir déboucher sur de nouvelles interprétations, et donc de nouvelles logiques de décision.

Enfin le développement des systèmes experts facilite l'élaboration de scénarios et la construction de représentations : il est possible de traiter une quantité de plus en plus grande d'informations, de structurer automatiquement des analyses et des synthèses à partir de ce traitement, d'élaborer des représentations de ces résultats plus facilement manipulables dans l'esprit humain. L'homme poursuit son exodarwinisme en se dotant d'une « intelligence artificielle »

La portée de cette triple transformation – croissance exponentielle de la capacité de stockage, accès virtuel et distant, intelligence artificielle – est-elle aussi importante que l'émergence du langage ? S'agit-il d'une deuxième sortie du monde animal ? Au vu de ce que nous apprend aujourd'hui la neurobiologie, j'aurais tendance à répondre oui.

NOUS SORTONS DE NOS CAVERNES

Nous avons une nouvelle roue

Le premier outil a été simplement un prolongement de la main dont il améliorait l'efficacité et la capacité à modeler son environnement. La mise en œuvre et l'utilisation de cet outil reposaient uniquement sur l'énergie humaine.

L'invention de la roue est venue apporter un double bénéfice :

  • Possibilité d'utiliser les énergies naturelles autres que l'énergie humaine : animal, eau, vent,
  • Facilitation des déplacements par diminution du besoin d'énergie pour mouvoir un objet

Avec la roue, l'artisanat a pu se constituer, l'agriculture se développer, les villes apparaître.

Comme l'imprimerie a accru la puissance de l'écriture, l'arrivée de la maîtrise des énergies – charbon, pétrole, nucléaire, solaire... – a décuplé la puissance de la roue : train, voiture, mécanisation des processus de production...

L'industrie "moderne" s'est mise en place, l'agriculture a eu de moins en moins besoin de bras humains, les campagnes se sont vidées – mouvement qui s'amorce maintenant en Chine –, les villes se sont développées, les structures familiales se sont distendues – amorce de l'éclatement géographique des familles –.

Arrivent les technologies de l'information :

  • Comme la maîtrise de l'énergie a vidé nos campagnes des agriculteurs, elles viennent "vider" les entreprises des hommes en développant des systèmes capables de gérer plus efficacement des pilotages de plus en plus complexes.
  • Comme la roue et l'énergie avaient transformé la relation à la géographie physique – Marseille à 3H de Paris -, elles se moquent des distances et du temps : Elles installent l'échange à distance à coût voisin de zéro et instantané. Tout ce qui peut être numérisé n'a plus de localisation.

Elles viennent aussi donner une puissance nouvelle aux systèmes d'information et à la capacité à synchroniser des travaux individuels. Ainsi elles rapprochent encore un peu plus l'entreprise d'un fonctionnement neuronal : tous les termes des analogies développées précédemment en ressortent renforcer.

Vers quel système d'organisation allons-nous ? La transformation sera-t-elle de la même ampleur que la sortie des cavernes et l'émergence de l'agriculture et des villages ? Sommes-nous en train de construire un neuromonde ?

EXPÉRIMENTER SANS NOTRE CORPS ?

Nous accédons à une réalité élargie

Le développement de notre cerveau, et donc de notre intelligence individuelle, se fait au travers de nos expériences et des informations acquises. Jusqu'à présent ces expériences pouvaient être soit :

- vécues physiquement : ce que je vis ou ai vécu,

- imaginées : ce que je pense ou ai pensé,

- racontées : ce que d'autres ont vécu ou pensé.

Avec l'essor d'Internet, apparaît un quatrième type d'expérience : vécue mais virtuelle.

Un univers comme « Second Life » en est un exemple typique : chacun peut y développer un ou plusieurs avatars et vivre ainsi un ensemble de vies virtuelles. Une fois choisies mon apparence et ma personnalité, je peux interagir avec les autres, c'est-à-dire avec d'autres projections virtuelles de personnes réelles mais physiquement inconnues. Ces interactions peuvent être professionnelles, amicales, sexuelles… Il ne s'agit pas d'imagination, car personne ne contrôle l'action des autres : chacun ne pilote et ne définit que son avatar, et est soumis aux actes et décisions des autres.

Si cette réalité est nouvelle et différente de celle qui provient de l'univers physique, elle n'en est pas moins vraie. Si cette interaction est virtuelle, pour la conscience, elle est réelle : le système conscient ne manipulant que des interprétations, celles-ci ont potentiellement la même valeur que les autres. Ceci dérange nos habitudes et trouble nos raisonnements : le virtuel n'est pas la négation de la réalité, c'est un autre type de réalité.

Ainsi nous avons la capacité à « vivre » intellectuellement des situations sans avoir à les expérimenter physiquement : notre système conscient, nourri de nouvelles données, pourra construire de nouvelles interprétations, et donc de nouvelles logiques de décision.

Dans cette situation, le corps physique n'est plus nécessaire pour expérimenter : il devient seulement le support qui nourrit - au sens premier du terme - le cerveau. Au début, nous sommes conscients d'être en train de piloter l'ordinateur, mais, rapidement, grâce à l'apprentissage, ce pilotage, comme pour une voiture, se fait automatiquement, c'est-à-dire inconsciemment : nous sommes alors directement connectée à notre avatar sans aucun intermédiaire perçu ; nous sommes cet avatar. J'ai personnellement vécu cette étrange sensation sur Second Life : au bout d'un moment, je me suis senti immergé dans cet univers virtuel. A l'instar de ce qui se passait dans le film d'anticipation Tron, je me suis « physiquement » retrouvé dans mon ordinateur… Et demain, il est probable que, cet ordinateur, nous pourrons le piloter réellement directement par le cerveau, sans passer par notre corps physique.

D'OÙ ÊTES-VOUS ? DE N'IMPORTE OÙ …

Nous expérimentons le monde.

Retour à Michel Serres dans Hominescence :

« D'où êtes-vous ? ... Sans ici, plus de moi, voilà de quoi les grognons prennent peur : de ne plus exister, les pauvres, pour ne plus savoir où ils mettent les pieds. Comme si le je devait plonger dans un espace, comme s'il appartenait à un sous-ensemble qu'il n'avait pas choisi... Le je sans référence, fixe et mobile à la fois, changeant, oui, ondoyant et divers, chatoyant selon ceux que je ne rencontre en l'Univers, ne dépend plus de que de moi, ne se définit que par la tautologie, plate et blanche, de l'identité, jamais par un quelconque lien d'appartenance... Tu n'es que là d'où tu viens. Non, je suis qui je suis, voilà tout... L'espace sans distance implique un je sans espace... Nous n'avons plus mal à l'espace; D'où êtes-vous ? De n'importe où ? ... Je navigue. Qui êtes-vous ? Je fluctue, percole et ne suis pas. Comme tous, j'habite le monde et son temps. »

Puis un extrait de mon livre Neuromanagement :

« Trois messages apparaissent simultanément sur mon écran : un virement vient d'arriver sur mon compte bancaire, les demi-finales de Roland Garros viennent de se terminer, mon avion est en retard. Pratique et efficace. Je n'ai pas eu besoin de mobiliser ma conscience pour aller chercher ces informations : elles sont venues d'elles-mêmes vers moi. Ou plutôt, en utilisant les sites internet de ma banque, de mon journal et de ma compagnie aérienne, j'ai défini quels types de messages je voulais recevoir, et tout ensuite est automatique.

On retrouve exactement le principe de fonctionnement de la relation conscient/inconscient : l'inconscient sait gérer des processus appris préalablement consciemment et alerter la conscience si nécessaire. Rappelez-vous la course le long de la Seine.

Ainsi Internet vient me doter d'un nouvel inconscient programmable : le réseau va travailler pour moi et alerter ma conscience si nécessaire. La technologie sophistiquée qui est derrière est transparente : je n'ai pas besoin de savoir comment fonctionne un lien RSS pour le mettre en œuvre.

Cet inconscient a une puissance quasi infinie, celle du réseau et de l'intelligence artificielle présente. Et, à la différence de mon inconscient physique, il pourra être modifié et reconfiguré : il sera donc maîtrisable…

Jusqu'à présent, l'individu se définissait fortement à partir de l'endroit où il était né, où il habitait, et des personnes qui s'y trouvaient physiquement : ce qui était proche de lui, c'était son voisin au sens géographique du terme. Cet ancrage au territoire se retrouve aussi fortement dans cette question souvent posée lors d'une première rencontre : « Tu es d'où ? ».

Avant, entrer en relation avec quelqu'un à distance était complexe : comment identifier la bonne personne sans la rencontrer ? Comment communiquer de façon interactive et riche sans se voir ? Le franchissement de toutes ces barrières n'était possible qu'au prix d'un surcoût extrêmement élevé en temps et en argent.

Avec la téléphonie mobile et Internet, tout change. La localisation se dilue : je peux joindre ou être joint sans savoir où est l'autre ou avoir à dire où je suis. Je peux aussi, grâce aux différents moteurs de recherche et à l'ensemble des sites structurés autour de la notion d'affinités, localiser une ou plusieurs personnes correspondant à ma recherche. Ensuite, via le réseau, je pourrai entrer en relation à coût quasiment nul, en échangeant des textes, des sons, des images ou de la vidéo.

Ainsi le lieu occupé par mon corps et les informations qui viennent de mes cinq sens (ouïe, vue, toucher…) ne sont plus qu'une donnée à côté de celles qui viennent du réseau : là où je suis et là d'où je viens ne sont plus mon seul facteur d'identité. Celui qui m'est proche n'est plus nécessairement ni mon voisin, ni mon parent. Celui qui m'est proche est celui que je choisis ou qui m'a choisi, celui avec qui je vais pouvoir entrer en résonance émotionnelle virtuellement. Celui qui m'est proche est celui que je rencontrerai physiquement peut-être un jour… ou peut-être pas… »

HYBRIDONS-NOUS DE NOS DIFFÉRENCES

Nous devons repenser notre identité individuelle et collective

Donnons une nouvelle fois la parole à Michel Serres, cette fois dans l'Incandescent :

« Ainsi confondons-nous toujours appartenance et identité. Qui êtes-vous ? En entendant cette question, vous déclinez nom et prénom, et vous y ajoutez, parfois lieu et date de naissance. Mieux encore, vous vous prétendez français, espagnol, japonais ; non, vous n'êtes pas, identiquement, tel ou tel, mais, derechef, vous appartenez à l'un ou l'autre de ces groupes, de ces nations, de ces langues, de ces cultures...

Non vous n'êtes pas musulmane, fille, protestante ou blonde, vous ne faites que partie de tel pays et de ses modes printanières, de cette religion et de ses rites ou d'un sexe et de ses rôles mouvants...

Puissions-nous, de temps en temps, oublier nos appartenances. Notre identité gagne. Avec, en prime, la paix. »

Ce texte écrit en 2003 résonne avec la crise actuelle et toutes les pertes de repère.


Que chacun de nous quitte un peu plus le monde animal, élargisse le champ de son intelligence consciente, et se construise un réseau étendu et divers,

Que chacun de nous prenne ses distances vis-à-vis du territoire où il se trouve sans le renier, et ne substitue pas identification tribale à identification géographique,

Que chacun de nous bâtisse son identité à partir des expériences multiples, et se serve de son histoire propre pour enrichir celle de l'autre et non plus pour lui expliquer ce qu'il devrait faire,

Que tous ensemble, nous nous hybridions de nos différences.

Aucun commentaire:

 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]