27 avr. 2009

« D'OÙ ÊTES-VOUS ? DE N'IMPORTE OÙ … »

Nous expérimentons le monde.

Retour à Michel Serres dans Hominescence :

« D'où êtes-vous ? ... Sans ici, plus de moi, voilà de quoi les grognons prennent peur : de ne plus exister, les pauvres, pour ne plus savoir où ils mettent les pieds. Comme si le je devait plonger dans un espace, comme s'il appartenait à un sous-ensemble qu'il n'avait pas choisi... Le je sans référence, fixe et mobile à la fois, changeant, oui, ondoyant et divers, chatoyant selon ceux que je ne rencontre en l'Univers, ne dépend plus de que de moi, ne se définit que par la tautologie, plate et blanche, de l'identité, jamais par un quelconque lien d'appartenance... Tu n'es que là d'où tu viens. Non, je suis qui je suis, voilà tout... L'espace sans distance implique un je sans espace... Nous n'avons plus mal à l'espace; D'où êtes-vous ? De n'importe où ? ... Je navigue. Qui êtes-vous ? Je fluctue, percole et ne suis pas. Comme tous, j'habite le monde et son temps. »

Puis un extrait de mon livre Neuromanagement :

« Trois messages apparaissent simultanément sur mon écran : un virement vient d'arriver sur mon compte bancaire, les demi-finales de Roland Garros viennent de se terminer, mon avion est en retard. Pratique et efficace. Je n'ai pas eu besoin de mobiliser ma conscience pour aller chercher ces informations : elles sont venues d'elles-mêmes vers moi. Ou plutôt, en utilisant les sites internet de ma banque, de mon journal et de ma compagnie aérienne, j'ai défini quels types de messages je voulais recevoir, et tout ensuite est automatique.

On retrouve exactement le principe de fonctionnement de la relation conscient/inconscient : l'inconscient sait gérer des processus appris préalablement consciemment et alerter la conscience si nécessaire. Rappelez-vous la course le long de la Seine.

Ainsi Internet vient me doter d'un nouvel inconscient programmable : le réseau va travailler pour moi et alerter ma conscience si nécessaire. La technologie sophistiquée qui est derrière est transparente : je n'ai pas besoin de savoir comment fonctionne un lien RSS pour le mettre en œuvre.

Cet inconscient a une puissance quasi infinie, celle du réseau et de l'intelligence artificielle présente. Et, à la différence de mon inconscient physique, il pourra être modifié et reconfiguré : il sera donc maîtrisable…

Jusqu'à présent, l'individu se définissait fortement à partir de l'endroit où il était né, où il habitait, et des personnes qui s'y trouvaient physiquement : ce qui était proche de lui, c'était son voisin au sens géographique du terme. Cet ancrage au territoire se retrouve aussi fortement dans cette question souvent posée lors d'une première rencontre : « Tu es d'où ? ».

Avant, entrer en relation avec quelqu'un à distance était complexe : comment identifier la bonne personne sans la rencontrer ? Comment communiquer de façon interactive et riche sans se voir ? Le franchissement de toutes ces barrières n'était possible qu'au prix d'un surcoût extrêmement élevé en temps et en argent.

Avec la téléphonie mobile et Internet, tout change. La localisation se dilue : je peux joindre ou être joint sans savoir où est l'autre ou avoir à dire où je suis. Je peux aussi, grâce aux différents moteurs de recherche et à l'ensemble des sites structurés autour de la notion d'affinités, localiser une ou plusieurs personnes correspondant à ma recherche. Ensuite, via le réseau, je pourrai entrer en relation à coût quasiment nul, en échangeant des textes, des sons, des images ou de la vidéo.

Ainsi le lieu occupé par mon corps et les informations qui viennent de mes cinq sens (ouïe, vue, toucher…) ne sont plus qu'une donnée à côté de celles qui viennent du réseau : là où je suis et là d'où je viens ne sont plus mon seul facteur d'identité. Celui qui m'est proche n'est plus nécessairement ni mon voisin, ni mon parent. Celui qui m'est proche est celui que je choisis ou qui m'a choisi, celui avec qui je vais pouvoir entrer en résonance émotionnelle virtuellement. Celui qui m'est proche est celui que je rencontrerai physiquement peut-être un jour… ou peut-être pas.

Bien sûr un tel changement ne peut qu'être très progressif et ne touche pour l'instant qu'un nombre limité d'entre nous. Mais il est en route. Et nous voilà donc en train de devenir des neurocitoyens : muni de notre inconscient virtuel surpuissant et accédant à un nouveau niveau de conscience, nous nous extrayons de notre passé animal pour expérimenter le neuromonde… »

Aucun commentaire:

 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]