22 avr. 2009

NOUS SOMMES DOTÉS D’UN « CERVEAU ÉTENDU »

Nous apprenons un nouveau langage

Le processus d'hominisation – pour reprendre la terminologie de Michel Serres –, tel qu'il a été étudié par la neurobiologie, s'appuie d'abord sur l'émergence du langage. C'est le langage qui a permis à l'esprit humain de s'écarter progressivement du monde animal par sa capacité à manipuler des concepts, des représentations et à construire des interprétations. Parler, c'est aussi dénommer et donc pouvoir développer une communication vers l'autre plus riche et plus complexe. Début d'une pensée collective.

L'arrivée de l'écriture a apporté une nouvelle dimension à notre capacité à manipuler des concepts. Nous pouvions stocker de l'information non plus seulement dans notre mémoire personnelle, mais aussi dans un support externe : début d'exodarwinisme mental. L'homme commence ainsi avoir accès à des informations issues d'événements qu'il n'a pas vécus ou qu'il aurait oubliés : en renforçant la capacité du système humain à manipuler les informations, l'écriture a démultiplié la puissance de notre espace de travail. Les échanges entre individus ont aussi été facilités, favorisant l'émergence et la solidité des systèmes.

A nouveau, revenons à ce qu'écrivait Michel Serres dans Hominescence : « De même que la roue appareilla le corps, des chevilles et des rotules en rotation dans la marche, de même le stockage de l'information appareilla de fonctions cognitives antiques... Montaigne les cite désormais en se souvenant seulement de leur place sur les étagères pour les consulter : quelle économie ! ... Libéré de la mémoire, un entendement bien fait se tournera vers les faits du monde et de la société pour les observer. En réalité, Montaigne loue, dans cette sentence, l'invention de l'imprimerie et en tire des leçons éducatives... Nous voici réduits à être intelligents. »

L'imprimerie est venue donner toute sa puissance à l'écriture. Elle n'en a pas changé la nature, mais elle a accru sa capacité de diffusion spatiale et temporelle : la multiplication des exemplaires a rendu plus certaine la conservation et a fait chuter drastiquement le coût de transmission. L'imprimerie a aussi permis l'émergence de la monnaie et du système bancaire.

Arrivent les technologies de l'information. Elles apportent une nouvelle dimension en facilitant le stockage – possible maintenant sur de multiples supports et sous des formats pouvant allier son, image et écrit –. Elles apportent aussi l'instantanéité de la diffusion soit en direct (téléphone, puis chat ...), soit en différé par transmission des informations stockées via les réseaux.

Ces technologies apportent aussi à l'individu une capacité à "vivre" intellectuellement des situations sans avoir à les expérimenter physiquement : nos avatars peuvent circuler librement dans le cyberespace et interagir avec d'autres excroissances virtuelles. Elles viennent ainsi nourrir son système conscient de nouvelles données qui vont pouvoir déboucher sur de nouvelles interprétations, et donc de nouvelles logiques de décision.

Enfin le développement des systèmes experts facilite l'élaboration de scénarios et la construction de représentations : il est possible de traiter une quantité de plus en plus grande d'informations, de structurer automatiquement des analyses et des synthèses à partir de ce traitement, d'élaborer des représentations de ces résultats plus facilement manipulables dans l'esprit humain. L'homme poursuit son exodarwinisme en se dotant d'une « intelligence artificielle »

La portée de cette triple transformation – croissance exponentielle de la capacité de stockage, accès virtuel et distant, intelligence artificielle – est-elle aussi importante que l'émergence du langage ?

3 commentaires:

Dafodil a dit…

N'attribuons pas à l'écriture plus de mérite qu'elle n'en a. Dans les sociétés orales, l'information est également stockée hors de la mémoire personnelle, et l'homme peut également avoir accès à des informations issues d'événements qu'il n'a pas vécus ou qu'il aurait oubliés. La mémoire collective a des ressources que nous avons oublié dans nos sociétés écrites...

Dafodil a dit…

que nous avons oubliées... (et moi c'est la conjugaison que j'oublie!)

Robert Branche a dit…

Oui la mémoire orale existe et est importante. Mais la mémoire écrite a facilité la transmission dans le temps et dans l'espace.

 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]