7 juil. 2009

MON CORPS « SAIT-IL » POUR MOI ?

Comment relier deux événements distants de 9 mois ?

Il y a quelques jours, j'écoutais distraitement Europe 1. J'ai souvent la radio qui fonctionne comme un arrière-plan. Mon oreille « mentale » fut arrêtée par le propos suivant (je le cite de mémoire, donc je ne reprends pas les mots exacts, mais l'idée était bien celle-là) :

« Avec un temps de grossesse de 9 mois, comment les hommes et les femmes auraient-ils pu aux temps préhistoriques relier le fait de faire l'amour un jour J avec la naissance 9 mois plus tard ? Le test de grossesse n'existait pas ! Pour eux, cela devait rester mystérieux. Il s'écoule en effet plusieurs semaines avant que l'on puisse réellement voir que l'on est enceinte. Donc il fallait que l'homme et la femme aient envie de faire l'amour « spontanément » et non pas pour procréer. Nous avons donc probablement été « programmés » pour aimer faire l'amour souvent, et ainsi assurer la survie et le développement de notre espèce. Besoin d'amour et d'érotisme étaient nécessaires ! »

Cette idée m'a d'abord amusé, puis interpellé. Dans son propos, l'intervenant tenait un raisonnement logique et apparemment rationnel. Simplement, implicitement, il limitait sa réflexion à partie consciente de l'homme : oui, consciemment, l'homme et la femme ne pouvaient pas comprendre que l'acte sexuel était directement relié à la naissance. Et donc consciemment, ils ne pouvaient pas décider de faire l'amour pour avoir un enfant.

Mais comment savoir ce qui se passe au niveau des processus inconscients, qui sont par essence inaccessibles à la conscience ? Peut-être que, dès le début de sa grossesse, la femme « sait » qu'elle est enceinte. Mais une connaissance non verbale, non sémantique, non pensée. Une connaissance qui viendrait innerver les processus inconscients et « peser » les décisions…

3 commentaires:

Herve Kabla a dit…

L'argument est intéressant, mais un peu rapide. Avant de faire le lien entre l'acte sexuel et la naissance, la femme préhistorique peut établir un lien entre l'acte et la disparition de ses règles, les premières nausées. Puis faire le lien entre ces derniers événements et un changement de métabolisme: fatigue, rondeur du ventre. Puis le lien entre ce ventre qui grossit et ce qui y bouge. Enfin entre ce qui y bouge et la naissance.

Non?

Robert Branche a dit…

mon propos est d'abord de pousser à réfléchir et non pas décrire des développements longs et complets (ce sera fait dans le cadre de mon prochain livre).
Oui bien sûr, il y a des signes entre les deux.
Mais si je rebondis sur votre propos, comment relier les règles et la naissance ? Pour nous aujourd'hui, c'est "évident", mais au temps des cavernes ? Cet écoulement de sang, comment était-il compris ?
De même avec les nausées...
Et comment faire le lien avec l'acte sexuel qui s'est passé plusieurs jours avant ? Comment un lien de causalité ?
Pour le changement du métabolisme, il intervient encore plus tard. Donc à nouveau comment le relier à l'acte sexuel ?

Anonyme a dit…

Bonjour,
du fait de la réduction de la taille de la photo, la signature n'est pas lisible.
Merci d'utiliser un lien direct vers http://cyril.almeras.free.fr/Photos/nb/IMG_2294-nu-artistique-femme-enceinte-240.jpg
Le photographe.

 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]