8 déc. 2009

CHAQUE RUPTURE DANS L’ÉVOLUTION A ACCRU L’INCERTITUDE

Les quatre périodes de l'évolution (incertitude 3/5)

Analysons les quatre périodes de l'évolution (voir mon article précédent).

La première période s'étend du big-bang à l'apparition de la vie, c'est-à-dire sur une douzaine de milliards d'années. Au début, tout la matière est concentrée en un lieu infiniment petit et elle ne suit qu'une force, et non pas quatre. Puis progressivement la force unique se scinde en deux, puis quatre.
La matière se complexifie ensuite d'abord avec des particules élémentaires, puis des noyaux, et enfin des atomes qui vont eux-mêmes se composer entre eux. Une des lois-clé est celle qui dit que l'évolution naturelle d'un corps est d'accroître son entropie, entropie qui mesure, en simplifiant, la quantité de désordre.
Plus le monde évolue, plus il est difficile de modéliser toutes ces interactions et donc de prévoir son évolution. Les trajectoires deviennent incertaines, l'incertitude s'accroît.
Ainsi, dès cette première période, en l'absence de toute perturbation apportée par la vie, nous avons un monde qui va vers plus de complexité, plus de désordre et dont il est de plus en plus difficile de prévoir à l'avance l'évolution.

La deuxième va de l'apparition de la vie et à celle de la vie animale, elle dure environ deux milliards d'années. Au cours de cette deuxième période, tous les facteurs de la première concourant à accroître l'incertitude poursuivent leur action : l'univers continue son expansion, la matière sa diversification. Et il en apparaît un nouveau : la capacité auto-organisatrice d'une cellule vivante, qui interagit avec son milieu ambiant.
Avec les végétaux, l'univers se dote donc des premiers systèmes réellement complexes. L'interaction de ces systèmes entre eux et avec la matière inerte est beaucoup plus difficile à prévoir que celle de la seule matière inerte.
Ainsi au cours de cette deuxième période, l'Univers vient de franchir une marche sur l'escalier de l'incertitude : elle continue à s'accroître, mais plus vite. Elle subit donc une première accélération.

La troisième va de l'apparition de la vie animale à celle de l'homme, soit environ un milliard d'années. A nouveau, tout ce qui propageait l'incertitude avant, est toujours là : l'univers continue de s'accroître et se complexifier, la vie végétale se diffuse – au moins sur Terre – et se sophistique.
Qu'apportent notamment les animaux ? Leur capacité à se mouvoir et donc à générer plus de l'incertitude.
Prenez l'exemple d'une gazelle et d'un lion. Nous savons que, si un lion attaque une gazelle, elle va chercher à lui échapper en partant en courant. Oui, mais à quel moment précisément va-t-elle se mettre à courir ? Va-t-elle partir à gauche ou à droite ? Va-t-elle trébucher sur une pierre ? Et le lion que va-t-il faire ? Autant de facteurs d'incertitude qui rendent incertain le résultat, du moins dans son déroulement précis.
Plus le monde animal va se développer, plus la gestion de sa survie va se sophistiquer : pure activité réflexe, puis cerveau reptilien, et ensuite limbique.
L'incertitude croît donc encore de plus en plus vite : l'entropie suit son cours, les systèmes complexes des végétaux se développent, la vie animale se propage. L'incertitude vient d'accélérer pour la deuxième fois.

La quatrième période se déroule depuis la naissance de l'homme, soit depuis moins de dix millions d'années, voire seulement cinquante mille ans si l'on prend comme référence l'homo sapiens. Nous voilà, donc, nous les humains avec notre néocortex et notre capacité à ne pas suivre mécaniquement les instructions données par nos cerveaux reptilien et limbique : même si nous sommes très largement influencés par nos processus inconscients, nous avons une capacité à construire des stratégies d'action nouvelles. Le libre-arbitre devient possible rendant encore moins prévisible l'évolution future.
Ceci repose sur un processus hypercomplexe, associant conscient et inconscient : même nous-mêmes, nous ne pouvons prévoir comment et pourquoi nous allons prendre telle ou telle décision.
Nouveau seuil de complexité, et donc d'incertitude. Nouvelle accélération de l'incertitude.

(à suivre).

Aucun commentaire:

 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]