14 janv. 2010

« EN DEVENANT TROP NOMBREUSE, UNE SOCIÉTÉ NE SE PERPÉTUE QU’EN SECRÉTANT DE LA SERVITUDE »

Plus de cinquante ans après, Tristes Tropiques est toujours d'actualité…

La lecture de Tristes Tropiques, le célèbre livre de Claude Lévi-Strauss, montre à quel point, il a pu être visionnaire et poser à l'avance de bonnes questions. 
Lisez ces quelques extraits ci-dessous, en gardant en tête que ceci a été publié en 1955…

Sur les conséquences de l'accroissement de la densité humaine 
« (Ce mélange de méchanceté et de bêtise) se mettait à sourdre comme une eau perfide d'une humanité saturée de son propre nombre et de la complexité chaque jour plus grande de ses problèmes, comme si son épiderme eût été irrité par le frottement résultant d'échanges matériels et intellectuels accrus par l'intensité des communications. (…) Toutes ces manifestations stupides, haineuses et crédules que les groupes sociaux sécrètent comme un pus quand la distance commence à leur manquer. »
« Ce grand échec de l'Inde apporte un enseignement : en devenant trop nombreuse et malgré le génie de ses penseurs, une société ne se perpétue qu'en secrétant de la servitude. (…) Ce qui m'effraie en Asie, c'est l'image de notre futur, par elle anticipée. Avec l'Amérique indienne je chéris le reflet, fugitif même là-bas, d'une ère où l'espèce était à la mesure de son univers et où persistait un rapport adéquat entre l'exercice de la liberté et ses signes. »

L'écriture a-t-elle été un levier de progrès ou d'asservissement ?
«  La possession de l'écriture multiplie prodigieusement l'aptitude des hommes à préserver les connaissances. On la concevrait volontiers comme une mémoire artificielle, dont le développement devrait s'accompagner d'une meilleure conscience du passé, donc d'une plus grande capacité à organiser le présent et l'avenir (…) Pourtant, rien de ce que nous savons de l'écriture et de son rôle dans l'évolution ne justifie une telle conception. (…) Cette immense entreprise (de création de l'agriculture, de domestication des animaux et d'autres arts) s'est déroulée avec une rigueur et une continuité attestées par le succès, alors que l'écriture était encore inconnue. 
« Telle est, en tout cas, l'évolution typique à laquelle on assiste, depuis l'Égypte jusqu'à la Chine, au moment où l'écriture fait son début : elle paraît favoriser l'exploitation des hommes avant leur illumination. (…) Si mon hypothèse est exacte, il faut admettre que la fonction primaire de la communication écrite est de faciliter l'asservissement. (…) L'action systématique des États européens en faveur de l'instruction obligatoire, qui se développe au cours du XIXe siècle, va de pair avec l'extension du service militaire et la prolétarisation. La lutte contre l'analphabétisme se confond ainsi avec le renforcement du contrôle des citoyens par le Pouvoir. Car il faut que tous sachent lire pour que ce dernier puisse dire : nul n'est censé ignorer la loi. »

Sur le besoin d'ouverture de la France
« En face de la bienveillance universelle du bouddhisme, du désir chrétien de dialogue, l'intolérance musulmane adopte une forme inconsciente chez ceux qui s'en rendent coupables ; car s'ils ne cherchent pas toujours, de façon brutale, à amener autrui à partager leur vérité, ils sont pourtant (et c'est le plus grave) incapables de supporter l'existence d'autrui comme autrui. (…) Chez les musulmans comme chez nous (Français), j'observe la même attitude livresque, le même esprit utopique, et cette conviction obstinée qu'il suffit de trancher les problèmes sur le papier pour s'en être débarrassés aussitôt. A l'abri d'un rationalisme juridique et formaliste, nous nous construisons pareillement une image du monde et de la société où toutes les difficultés sont justiciables d'une logique artificieuse, et nous ne nous rendons pas compte que l'univers ne se compose plus des objets dont nous parlons. »
« Si, pourtant, une France de quarante-cinq millions d'habitants s'ouvrait largement sur la base de l'égalité des droits, pour admettre vingt-cinq millions de citoyens musulmans, même en grande proportion illettrés, elle n'entreprendrait pas une démarche plus audacieuse que celle à quoi l'Amérique dut de ne pas rester une petite province de monde anglo-saxon. Quand les citoyens de la Nouvelle-Angleterre décidèrent il y a un siècle d'autoriser l'immigration provenant des régions les plus arriérées de l'Europe et des couches sociales les plus déshéritées, et de se laisser submerger par cette vague, ils firent et gagnèrent un pari dont l'enjeu était aussi grave que celui que nous refusons de risquer. »

2 commentaires:

Anonyme a dit…

"L'écriture a-t-elle été un levier de progrès ou d'asservissement ?..."

On peut se poser la même question pour tout "outil", du plus ancien au plus récent. N'est-ce pas?
Et, probablement, déboucher sur les mêmes observations, voire réponses.

Robert Branche a dit…

Non je ne crois pas que ce propos s'applique à tous les outils : l'écriture a un rôle spécifique, car elle concerne la transmission et le stockage du langage, langage qui structure les pensées humaines

 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]