15 janv. 2010

COMMENT IMAGINER UN MONDE PEUPLÉ DE 50% D’HOMMES EN PLUS, AVEC LE MAINTIEN DES ÉGOÏSMES ET L’ABSENCE DE PROJETS COLLECTIFS ?

______ Éditorial du vendredi ____________________________________________________________________________________

J'inaugure à partir d'aujourd'hui une nouvelle rubrique hebdomadaire : « l'Éditorial du vendredi ». Son objet : reprendre les articles de la semaine en les rapprochant de l'actualité et/ou des débats de société actuels (en France et ailleurs). Il s'agira donc à la fois d'une synthèse reliant les quatre articles précédant et d'une remise en perspective de l'ensemble. Si vous avez des remarques sur cette rubrique, ou sur tout autre sujet concernant mon blog, n'hésitez pas à écrire un commentaire !

Rappel du patchwork de la semaine : 
- lundi : Face à l'accroissement de l'incertitude, nous sommes ballottés entre deux types de réponses extrêmes. D'une part, le renforcement du contrôle : l'incertitude est la preuve d'un manque d'efficacité, il faut plus de volonté et d'anticipation. D'autre part, le laisser faire : il est illusoire de construire un projet, il faut seulement tirer parti en temps réel de ce qui se passe. Comment peut-on sortir de cette tenaille ? Ma réponse en forme de teaser : se fixer pour objectif une mer qui sera un attracteur stable dans les aléas de l'incertitude…
- mardi : Quand un fleuriste lyonnais invente le package de la naissance à la mort.
- mercredi : La théorie de la complexité apprend que, quelle que soit la situation, toute pensée, analyse ou action est contingente. Personne - dans l'entreprise ou ailleurs - ne peut prétendre détenir à lui seul une quelconque vérité absolue. L'efficacité suppose la prise en compte de la partialité de son propre point de vue et de la nécessité de la confrontation.
- jeudi : Dès 1955, Claude Lévi-Strauss mettait l'accent sur les risques liés à l'accroissement de la population humaine et sur ceux de la fermeture des espaces et des frontières (l'immigration voulue comme levier de progrès par les premiers habitants de la Nouvelle Angleterre versus la capacité de la France à s'ouvrir au monde musulman) 

Tout ceci vient en écho de trois questions majeures actuelles :
- La montée des questions relatives à l'environnement : Ne sont-elles pas d'abord largement liées à la croissance accélérée de la densité humaine (2,5 milliards en 1950, 6 en 2000, 9 prévus pour 2050) ? Ne devrions-nous d'ores et déjà penser comment faire face au défi d'un monde peuplé de 50% d'hommes et femmes supplémentaires ?
- Le débat sur l'identité française et la montée de l'anti-islamisme: Essayons de prendre le temps d'imaginer ce que nous serions si nous avions suivi la recommandation de Claude Lévi-Strauss faite en 1955 : si la France avait ce pari de l'ouverture en direction du monde musulman, nous serions certes différents, mais ne serions-nous plus riches et moins vulnérables face à toutes les tensions qui montent actuellement ? Avons-nous gagné en ayant choisi la fermeture et le repli sur l'hexagone ?
- Le flou du discours politique et son incapacité à fixer des objectifs : Encore plus que les entreprises, les États n'oscillent-ils pas entre les deux tentations, celle du sur-contrôle et celle du laisser-faire ? Comment pourrait-on créer les élans collectifs nécessaires à la prise des transformations en cours (accroissement de 50% de la population, mouvements migratoires, environnement…) si on reste dans des projets centrés sur le court terme sans perspectives ? Comment pourrait-on redonner son lustre à la prospective et à l'identification des mers vers lesquelles convergent les évolutions ?

Aucun commentaire:

 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]