5 déc. 2011

NOUS VOULONS SUPPRIMER LE TEMPS, COMME NOUS AVONS SUPPRIMÉ LES DISTANCES

Tu es quand ?
Extrait des Mers de l’incertitude
J’en arrive à penser qu’après avoir comprimé l’espace, nous n’acceptons pas de ne pas réussir à comprimer le temps. Depuis deux siècles, les distances physiques ont été progressivement presque supprimées. Avec la découverte de l’énergie et du moteur à explosion, l’espace physique s’est progressivement contracté. Il n’y a pas si longtemps, quitter son village était le début de l’exil, et on mourrait à une encablure de là où on était né. Tout voyage était une aventure, changer de continent, une exception. Aujourd’hui le transport aérien, les trains à grande vitesse et les infrastructures routières ont tout bouleversé. On ne parle plus en kilomètres, mais en temps : Lyon n’est plus à 450 km de Paris, mais à deux heures. Ambivalence entre espace et temps…
Depuis vingt ans, et surtout depuis dix ans, les technologies de l’information sont venues dynamiter l’espace : les kilomètres n’existent plus et je peux parler à mon voisin numérique sans même savoir où il est. D’ailleurs, la première question posée au téléphone est maintenant : « Tu es où ? ». L’espace physique c’est comme effondré sur lui-même, comme si nous n’occupions tous plus qu’un seul point, un seul lieu. « D’où êtes-vous ? (…) Sans ici, plus de moi, voilà de quoi les grognons prennent peur : de ne plus exister, les pauvres, pour ne plus savoir où ils mettent les pieds. Comme si je devais plonger dans un espace, comme s’il appartenait à un sous-ensemble qu’il n’avait pas choisi. (…) Tu n’es que là d’où tu viens. Non, je suis qui je suis, voilà tout. (…) L’espace sans distance implique un sans espace. (…) Nous n’avons plus mal à l’espace ; D’où êtes-vous ? De n’importe où ? (…) Je navigue. Qui êtes-vous ? Je fluctue, percole et ne suis pas. Comme tous, j’habite le monde et son temps. »1.
Par contre, inutile de demander à son correspondant : « Tu es quand ? », car tout se passe en direct. Avant, sur une lettre, il fallait spécifier la date à laquelle elle avait été écrite. Aujourd’hui l’écrit voyage à la vitesse de la lumière. Non seulement, l’espace n’existe plus, mais nous sommes tous synchrones.
A cet effondrement de la distance, à cette synchronicité de la communication, répond en écho une demande de voir le temps s’accélérer : nous supportons de moins en moins d’attendre. Nous acceptons de moins en moins que ce qui est immédiatement accessible virtuellement ne le soit pas physiquement, et nous confondons agitation et mouvement réel. Régis Debray a expliqué en quoi l’accélération des échanges n’accélérait pas la transmission des savoirs : « Peut-on jouer à la fois de l’espace et du temps ? Société de transmission ou de société de communication ? (…) Le temps de formation ne peut pas être comprimé. Je peux connaître instantanément ce qui se passe à Moscou, mais je ne sais pas apprendre le russe ni comprendre à partir du point de vue russe plus vite qu’avant. Il y a de l’incompressible dont on aimerait se débarrasser. On fait des digests, on voudrait avoir des « pilules » pour apprendre le russe. (…) Poser la question « d’où viens-tu » serait déplacé. 2000, c’est l’an zéro. On zappe, on coupe tout ce qui dure. L’économie de marché est un happening. Le sport est une flamboyance sans restes une religion sans mémoire, spasme participatif, une intensité sans souvenir et sans perspective. »2
(1) Michel Serres, Hominescence
(2) Régis Debray, Conférence "Communiquer moins, transmettre plus" prononcée le 4 décembre 2000 à la Bibliothèque Nationale de France

1 commentaire:

Olivier Gaultier a dit…

Donner du temps au temps, c'est aussi prendre le temps:

- d'être pleinement dans le lieu où je suis, au lieu d'être présent par le smartphone à 36 autres lieux simultanément

- d’accueillir l'imprévu et les rencontres pendant le temps de transport

 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]