23 mai 2012

L’ENTREPRISE, TELLE QUE NOUS LA CONNAISSONS, VA DISPARAÎTRE

L’entreprise est une construction contingente (2)
Comme l’entreprise n’est pas née de nulle part (voir mon article précédent), elle n’a pas non plus vocation à perdurer toujours.
Faisons d’abord un retour en arrière au XVIIIème siècle. Y avait-il alors des entreprises ? Non, on ne trouvait pour l’essentiel que des activités agricoles et artisanales. Les seules structures se rapprochant de ce que nous appelons des entreprises, étaient celles qui s’étaient développées autour des échanges, que ce soit des échanges financiers, les banques, ou de marchandises, les compagnies maritimes. Mais si ces dernières étaient déjà puissantes et avaient un rôle majeur dans le fonctionnement des organisations humaines, elles n’avaient que peu à voir avec ce que nous appelons des entreprises, et l’essentiel de l’activité humaine fonctionnait sur un autre ordre mode d’organisation. Ce mode était local, et ne fédérait qu’un tout petit nombre d’individus entre eux.
Ce sont les découvertes de la machine à vapeur et de l’électricité qui, en autorisant à la fois la mécanisation des processus autrefois artisanaux et l’essor des transports, ont permis la naissance de la fabrication en chaîne et l’émergence de structures collectives capables de produire, expédier et vendre en masse, ce progressivement dans le mode entier.
Une autre invention avait aussi été nécessaire à cette émergence, mais celle-ci était née avant cette mécanisation du monde : c’est la naissance de l’imprimerie. Sans documents imprimés, impossible d’imaginer le développement de méthodes standards et leur propagation dans des structures collectives mobilisant plusieurs milliers de personnes, voire plusieurs dizaines de milliers. Sans imprimés, pas non plus de communication vers les consommateurs et pas de publicité.
Revenons maintenant à aujourd’hui.
Pourquoi après environ deux cents ans d’émergence, d’expansion et de sophistication de ce que nous appelons des entreprises, est-ce que je m’interroge sur leur mutation profonde à venir, et donc sur, de fait, leur disparition, du moins en tant que systèmes tels que nous les connaissons aujourd’hui ?
Parce que les deux piliers qui ont été à l’origine de la naissance des entreprises sont en train de muter.
Que s’est-il passé depuis une cinquantaine d’années ? Nous avons en quelque sorte réinventé l’imprimerie, c’est-à-dire notre façon de stocker et diffuser de l’information. Comment ? D’abord avec le développement des systèmes informatiques, puis plus récemment avec Internet. Notre relation à l’information est en train de se transformer d’une triple façon : effondrement du coût de stockage ; enrichissement exponentiel de ce qui peut être stocké (à la fois par le multimédia et par les liens d’abord web, puis maintenant 3.0) ; accessibilité instantanée, constante et universelle (sans fil, à très haut débit et sur toute la planète)
Parallèlement à cette révolution de l’information, nos relations à l’énergie et à la mécanisation sont, elles-aussi, en train de muter. Sans entrer ici dans une analyse détaillée et exhaustive, je peux citer : raréfaction des énergies fossiles, prise en compte des effets cumulatifs sur notre écosystème, apparition de « moteurs biologiques », robotisation, ...
À ces deux mutations, s‘ajoutent celles qui portent sur l’être humain lui-même : élévation du niveau de formation, allongement de la durée de vie, transformation de la cellule familiale et diminution du nombre d’enfants, modification de la relation avec la géographie (physiquement par le voyage, virtuellement par les connexions internet)…
Comment dès lors imaginer que tout ceci ne va pas impacter en profondeur les entreprises ? Comment croire que notre façon d’organiser collectivement  notre travail et nos échanges ne va pas aussi muter ? Comment finalement penser que nous nous enrichirons demain individuellement et collectivement comme hier ?
Bref comment ne pas voir que les entreprises vont mourir bientôt, du moins sous la forme que nous leur connaissons aujourd’hui ?
Quelle nouvelle forme va émerger ? Impossible à dire. Comment la chenille pourrait-elle se penser papillon ?
(à suivre)

1 commentaire:

Jeremie Averous a dit…

Je trouve le point fait dans cet article tout a fait juste. Oui, l'entreprise telle que nous la connaissons est le fruit de la troisieme revolution qui a invente la diffusion de l'information (imprimerie etc). Maintenant que nos capacites de communication sont revolutionnees avec la quatrieme revolution il faut nous attendre a un eclatement des entreprises pour aller vers un modele ou des projets temporaires regrouperont des contributeurs au sein d'un reseau social plus ou moins lache.

 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]