29 juin 2016

SUR L’EMPLOI : VERS LA DISPARITION DU SALARIAT ?

 « Inégalités » de Anthony B. Atkinson (5)
« Avant la révolution industrielle, chacun faisait souvent coexister emplois à temps partiel et emplois indépendants, structure qui, jusqu’à une date récente, est restée caractéristique de nombreuses sociétés rurales. (…) Lorsque l’économie s’est industrialisée et la population urbanisée, l’emploi est devenu du tout ou rien. (…) Quand le travailleur indépendant médiéval devenait vieux, il travaillait moins et produisait moins, mais il continuait à travailler tant qu’il pouvait produire quelque chose. »
« Au Royaume-Uni, la proportion de ceux qui occupent un emploi atypique – selon une définition qui englobe le temps partiel, l’emploi indépendant et les contrats à durée déterminée – est d’environ un quart, et elle serait encore supérieure si l’on ajoutait les contrats zéro heure et les stages non rémunérés. (…) En Allemagne, l’emploi « normal » a reculé dans les vingt ans écoulés de 1985 à 2005 : il est passé de 42 % à 37 % de la population en âge de travailler, tandis que le taux de participation à la population active, en hausse, passait de 68 % à 76 %. (…) Il est donc de plus en plus fallacieux de parler en termes de gens qui soit ont un emploi, soit n’en ont pas. Le travail n’est pas une activité simple de type binaire. »
« Il ne suffit pas d’adopter une mesure simple comme le décompte par tête : le nombre de personnes ayant un emploi. Ils proposent de la remplacer par une mesure de l’intensité d’emploi, définie sur la base des mois travaillés et des heures travaillées par mois. »
« Comme l’écrit l’Organisation internationale du travail, « lorsque l’on traite du travail à temps partiel, il est une distinction fondamentale : celui-ci est-il volontaire ou involontaire, le travailleur a-t-il délibérément choisi de travailler à temps partiel, ou bien n’a-t-il accepté un horaire réduit que faute de trouver un emploi à temps plein ? Dans ce dernier cas, le travail à temps partiel devient une forme de sous-emploi. »
« L’objectif doit donc être de réduire le chômage involontaire à son minimum. C’est pourquoi j’estime qu’il faut exprimer notre objectif pour le marché du travail en termes, non de maximisation de l’emploi, mais de minimisation du chômage involontaire, en mesurant ce chômage d’une manière adaptée aux nouvelles caractéristiques du marché du travail du XXIe siècle. »
« Or il existe des « travailleurs pauvres », et ce problème est très sérieux : selon Ive Marx et Gerlinde Verbist, « un quart à un tiers des Européens en âge de travailler qui vivent dans la pauvreté ont en fait déjà un emploi ». »
(à suivre)

Aucun commentaire:

 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]