27 juin 2016

SUR LES TRÈS HAUTS REVENUS

 « Inégalités » de Anthony B. Atkinson (4)
« Le principal ressort de l’inégalité américaine n’est pas l’écart entre les salariés très instruits et les autres, ni d’ailleurs les écarts en termes d’éducation en général. C’est l’échappée extraordinairement rapide de la pointe du sommet. On y est souvent très instruit, mais juste au-dessous on l’est tout autant, et ceux-là ont été distancés. On pourrait dire que, durant les vingt-cinq dernières années, la répartition des gains en matière d’éducation (un cursus universitaire suivi avec succès pendant quatre ans, voire plus) a été beaucoup plus large que celle des gains économiques. Seule une infime lamelle de la nouvelle élite instruite est entrée dans la nouvelle élite économique. »
« Le changement de la répartition des revenus du travail a propulsé ceux qui gagnent les plus fortes rémunérations dans le 1 % supérieur tous revenus confondus. Les mieux rémunérés ont rattrapé, ou dépassé, ceux qui vivent du revenu de leur capital. Les rentiers qui détachent les coupons de leurs dividendes ont cédé la place aux gestionnaires de fonds spéculatifs, aux présidents-directeurs généraux, aux footballeurs. »
« Jon Bakija, Adam Cole et Bradley Heim ont classé les contribuables du 0,1 % supérieur aux États-Unis en 2004 par activité professionnelle : 41 % étaient des dirigeants, gestionnaires ou hauts responsables du secteur non financier et 18 % exerçaient une profession dans la finance. »
« Alfred Marshall, professeur d’économie politique à Cambridge, a montré que les meilleurs professionnels pouvaient exiger des rémunérations d’autant plus élevées que le marché desservi était plus grand. Or la taille du marché dépend de la technologie en vigueur. Il a donc compris l’importance du « développement de nouvelles facilités de communication, facilités qui font que des hommes, dès qu’ils ont atteint une haute situation, ont le pouvoir d’appliquer leur esprit inventif ou spéculatif à des entreprises plus vastes, s’étendant sur une aire plus vaste qu’il n’ait jamais été possible auparavant ». »
« La chute abrupte des taux d’imposition réels sur les très hauts revenus a pu stimuler la hausse des rémunérations des cadres supérieurs, puisque ceux-ci gardent une part bien plus importante de leurs augmentations de salaire. » 
« En 1980, le degré d’association (entre revenus du travail et du capital) n’était pas si élevé : parmi les membres du 1 % supérieur des revenus du capital, seuls 17 % se trouvaient dans le 1 % supérieur des revenus du travail. Mais, en 2000, la proportion était passée de 17 % à 27 %, et plus de la moitié des membres du 1 % supérieur des revenus du capital se trouvaient dans les 10 % supérieurs des revenus du travail. Si l’on regarde la situation dans la situation dans l’autre sens, le chevauchement est encore plus grand en 2000. Parmi les membres du 1 % supérieur des revenus du travail, près des deux tiers – 63 % – figuraient dans les 10 % supérieurs des revenus du capital. Il y a davantage de points communs entre les deux répartitions. »
(à suivre)

Aucun commentaire:

 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]