20 août 2009

LA GUERRE ENTRE FINANCE ET INDUSTRIE FAIT RAGE

Histoire de caverne (Saison 2 – Épisode 8)

Grâce à mon offre d'assurance et au lancement du premier journal « Ici, la Caverne », j'étais redevenu l'homme le puissant. Enfin !


« On ne va quand même se laisser faire comme cela, commença Johnny. J'en ai plus qu'assez de cette domination de Bob et ses billes.
- Oui, moi aussi. Mais avec son assurance et son « Ici, la Caverne », je ne vois pas bien ce que l'on peut faire. Maintenant, si je dis un mot de travers ou émets une idée qui ne lui plaît pas, j'ai droit à un article disant que l'air des cavernes du Nord est malsain.
- Écoute, tu fais comme tu veux. Mais moi, je suis décidé à me battre.
- Comment ?
- En utilisant ma seule arme réelle : mon imagination et ma créativité. Moi, je ne suis pas un financier comme Bob qui vit du travail des autres ; moi, je crée vraiment de la valeur ! »
Jacques le regarda sans bien comprendre ce qu'il voulait dire par « création de la valeur ». Encore une de ses expressions que personne ne comprend. Mais, bon ! Il aimait bien Johnny et il fallait reconnaître que, question idées, il se posait là.
« Alors, c'est quoi ton idée du jour ?
- En fait, c'est déjà lancé et tu verras le début de réalisation la semaine prochaine. D'ici là, désolé, je préfère rester discret… même avec toi !
- Comme tu voudras… »
Quelques jours plus tard, tout le monde ne parlait effectivement que des nouvelles roues de Johnny. Il venait de lancer une gamme complète qui révolutionnait le monde de la roue – il y avait déjà eu quelques copies sur le marché : Johnny avait repensé l'arbre. Il avait trouvé une nouvelle essence qui alliait robustesse, souplesse et légèreté. Un vrai miracle. Résultat : il garantissait une division par un facteur 10 du risque de rupture d'arbre.
Pour asseoir ce lancement, Johnny avait à son tour acheté toute une série de murs en pierre réparti parmis toutes les cavernes. Pour choisir, il avait fait simple : chacun se trouvait à proximité des murs de « Ici, la caverne ». Et sur ses murs, Johnny avait fait graver en gros : « Avec un arbre qui ne casse plus, pourquoi s'assurer ? »

Comme en plus pour le lancement, il n'avait pas augmenté ses prix, ce fut la ruée sur ces nouveaux arbres. Bien sûr, ces acquisitions ne pouvaient se faire qu'en payant avec des disques.
La riposte ne se fit pas attendre : la semaine suivante, Ici la Caverne titrait : « La vérité sur les nouvelles roues : elles cassent autant que les anciennes. Notre dossier réalisé conjointement par le Magicien et le Devin ».
Les ventes chutèrent. Alors Johnny baissa ses prix de 20% et améliora encore la technique des arbres.
L'édition suivante titra : « La baisse des prix récente montre que ces roues ne sont pas fiables. Lisez notre essai : une semaine avec les nouvelles roues ».
Johnny se lança alors dans une succession d'innovations toutes plus révolutionnaires les unes que les autres et répondant chacune à une attente spécifique. Tout le monde se rappelle des plus significatives. Citons :
- Les roues recouvertes de peintures rupestres pour les familles privilégiant l'esthétique : d'abord équipées d'une décoration standard, elles ont ensuite évolué et on a pu alors demander une personnalisation des peintures.
- Les doubles arbres en tête : ils permettaient de continuer en cas de rupture du premier arbre, le second venant alors se loger automatiquement dans le logement du précédent. Ils étaient destinés à ceux qui privilégiaient la sécurité ou qui avaient à utiliser des chemins en très mauvais état.
- Les roues carrées pour monter sur le chemin de la montagne : cette innovation ne dura pas car elle correspondait à un marché trop étroit.
- L'invention du pédalier et de la chaîne : cette innovation était de loin la plus technique. Il s'agissait de la mise en place d'un système de roues multiples et de tailles différentes, reliées par un collier composé d'os extraits de la colonne vertébrale d'un jeune mammouth. Grâce à un mécanisme astucieux, on pouvait ainsi mettre en mouvement tout l'ensemble en appuyant soi-même sur des pierres plates – appelées pédales – et situées au milieu du plancher.
Chacune de ces innovations relançait les ventes de Johnny. A chaque fois, Bob contrattaquait grâce à son journal et en abaissant le prix de ses assurances – assurances qui étaient maintenant elles aussi segmentées.
Résultat le profit de chacun baissait. Pour finir, les deux perdaient de l'argent. Cette guerre était suicidaire, cela ne pouvait plus durer…

(à suivre)




Aucun commentaire:

 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]