13 sept. 2010

FACE À CETTE RÉALITÉ IMPRÉVISIBLE, FAUT-IL SE PRENDRE LA TÊTE DANS LES MAINS ET PLEURER ?

Quand un dirigeant chronique mon livre…

Jérôme Fessard, Directeur Général Adjoint, Pôle Conditionnement de Saint Gobain, vient de chroniquer mon livre dans le dernier numéro de la revue de l'École des Ponts et Chaussées (*). Voici le texte de l'article :

« Tous les ingénieurs que nous sommes, avons appris (il y a fort longtemps) que le monde est par essence incertitude (principe d'Heisenberg), caractérisé par une complexité et un désordre croissants (loi sur l'entropie), susceptible de discontinuités cataclysmiques à partir d'un stimulus minuscule (théorie du chaos).
Nous avons également appris que la compréhension de ces phénomènes, loin d'être incompatible avec la rigueur des mathématiques, reposait au contraire sur leur usage intensif.
Robert Branche met aujourd'hui le doigt sur les dérives et l'inopérance d'une pensée très répandue, sinon quasi unique, selon laquelle la réalité micro ou macro économique peut se prévoir à partir de modèles déterministes, voire d'extrapolations molles, médianes (j'allais dire médiocres) entre deux extrêmes dits « best case » et « worst case », dont l'histoire récente montre combien ils étaient éloignés des situations aux limites que la « vraie vie » peut engendrer.
L'histoire récente a en effet prouvé que le battement de l'aile (ou plutôt de patte) de quelques « ninjas » (no income, no job) américains littéralement gavés de subprimes pouvait déboucher sur une crise systémique, la plus grave de l'histoire économique connue. Qu'une mystérieuse « fausse manipulation » (individuelle ?) pouvait faire chuter de 10 % en 1 heure le New York Stock Exchange, plus gros marché financier au monde.
Face à cette réalité imprévisible, « in-modélisable » et donc quelque peu accablante pour des esprits rationnels et avides de certitudes mathématiques, faut-il se prendre la tête dans les mains et pleurer ?
Vient ici la 2ème leçon magistrale de Robert Branche : le meilleur antidote au pessimisme et à la morosité est l'action, c'est-à-dire la définition d'un cap vers « la mer » d'un projet mobilisateur, « robuste » et finalement seul de nature à donner sens au chaos.
Dans ce contexte, foin de prévisions qui ne peuvent être au mieux que des scénarios très imparfaitement probabilisés et inaptes à rendre compte des vrais cas extrêmes possibles.
Constance et opportunisme, valeurs fortes et pragmatisme, cohérence et flexibilité, recul et réactivité : telles sont les vertus paradoxales que Robert Branche prête aux bons skippers sur les mers déchaînées de l'incertitude.
Décoiffant !... »

(*) Revue PCM n°7 Juin 2010

Aucun commentaire:

 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]