13 mars 2012

VIVE LA PARESSE VERTUEUSE !

Savoir prendre son temps - Le management par émergence (9)
Dernier point nécessaire à une émergence efficace : le rythme.
Pourquoi ce thème et pourquoi avoir choisi de terminer par lui ?
Précisons d’abord ce que j’entends par « rythme ». Je mets un double sens derrière ce mot : c’est la capacité, à la fois, à ajuster dynamiquement la vitesse à ce que l’on fait (1) , et à agir au bon moment.
Or si l’on n’y prête pas garde, les vagues tourbillonnantes de l’incertitude nous poussent d’une part à la précipitation, et à la confusion entre vitesse et efficacité, mouvement et concrétisation, d’autre part à l’action immédiate, au passage brutal de l’idée à la réalisation, de la pensée à l’agir.
Est-il bien utile que je revienne une fois de plus sur les dégâts de l’hystérie actuelle, et du rapport maladif entretenu avec le temps. Car, enfin, comment imaginer que l’on peut réfléchir vite à long terme ? Comment ne pas voir que, s’il suffisait de courir pour mieux réussir, toutes les entreprises seraient agiles, puisque je n’y vois plus que des gens qui courent ?
A l’inverse, je ne pousse pas non plus à la sieste généralisée, ou à différer sans cesse ce que l’on peut faire maintenant.
Non, je me fais l’apôtre de ce que j’appelle « la paresse vertueuse » ! Qu’est-ce que je veux dire par là ?
J’emploie volontairement le mot provocateur de « paresse », car je suis convaincu qu’il faut maintenant développer un esprit de résistance face à la violence des énergies en cours, à la turbulence des remous de l’incertitude et à la folie collective. C’est le pied sur le frein qu’il faut conduire, compte-tenu de la pente naturelle des systèmes et des organisations.
J’y accole immédiatement le mot de « vertueuse », pour ne faire l’apologie de l’inaction et du laisser-faire : le lâcher-prise n’est pas le laisser-faire, il est tout le contraire.
Le lâcher-prise est l’attention portée aux courants en place, à la sensation de ces moments où vouloir agir ne servirait à rien, et au contraire de ceux où l’action est démultipliée.
Le lâcher-prise est le refus de se laisser emporté par ce qui n’est qu’une agitation inefficace, qu’une dispersion d’énergies, un bruit ambiant.
Le lâcher-prise est la volonté de se poser pour réfléchir, regarder et comprendre.


Voilà donc terminé, ce tour rapide et superficiel sur ces six points qui conditionnent, selon moi, l’émergence efficace, à savoir le lien action/mer, la paranoïa optimiste, la facilité, le flou, la confrontation, et le rythme.
Pour terminer cette série sur le management par émergence, j’en viendrai demain à comment le mettre en œuvre concrètement…
(à suivre)

1 commentaire:

Le Blog de Paule Orsoni a dit…

Je partage ton analyse que l'on pourrait appliquer à tous les "champs"...Et il me semble utile de rappeler que la paresse est le plus vieux métier du monde...Qu'ensuite les impératifs que se sont imposés les hommes fassent loi et assignent un rythme (et des cadences infernales...)là est le problème.Il est donc bon de revenir aux fondamentaux et revoir de temps en temps ,comme tu le fais,de façon équilibrée en usant de ce concept de "paresse vertueuse" pour faire contrepoids ux jugements radicalisés.L'injonction biblique"tu travailleras à la sueur de ton front" a finalement pénalisé la paresse comme vice...il est urgent de revenir à des choses plus nuancées...Merci Robert

 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]